Entre le 1er juillet 2013 et le 30 janvier 2014, la Commission de protection des droits (CPD) de l'Hadopi a adressé 4,6 millions de demandes d'identification aux fournisseurs d'accès à Internet, qui doivent renvoyer à la Haute Autorité les noms, prénoms, adresse postale et adresse e-mail des abonnés que l'Hadopi souhaite pouvoir avertir.
 
En une seule année, l'Hadopi a ainsi réalisé plus du tiers des quelques 12,2 millions de demandes d'identifications adressées en quatre ans, depuis le début de la riposte graduée en septembre 2010. En moyenne, la Haute Autorité adresse désormais 20 000 demandes d'identité par jour aux FAI, qui sont sommés de dire à qui appartenait une adresse IP utilisée par un internaute à une certaine date.
 
En réponse, les FAI, ont renvoyé 4,2 millions d'identifications, avec un taux global de retour de près de 91 %, également en hausse par rapport aux années précédentes. 
 
"Les fournisseurs d’accès à Internet n’identifient pas l’intégralité des adresses IP qui leur sont adressées, notamment du fait du grand nombre d’adresses IP dynamiques (la pénurie d’adresses IP conduit en effet certains fournisseurs d’accès à réattribuer les adresses IP aux abonnés en fonction de leur connexion à Internet)", rappelle l'Hadopi dans son rapport annuel 2014 (.pdf). "Par ailleurs, le développement du « nattage », qui
consiste à mutualiser une adresse IP entre plusieurs titulaires d’abonnement rend impossible l’identification de l’un des abonnés sans la connaissance du « port source » utilisé au moment des faits constatés".

De ses débuts en 2010 jusqu'au 30 juin 2010, l'Hadopi a adressé plus de 3,2 millions d'e-mails d'avertissement, 333 723 courriers recommandés, et délibéré sur 1289 dossiers. Sur ce dernier ensemble, 116 ont fait l'objet d'une transmission au tribunal.

visuel_fibre_adsl2

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !