C'était prévisible. Poussés par le gouvernement britannique, les fournisseurs d'accès à Internet ont mis en place des filtres pour empêcher l'accès aux sites pornographiques. Or, des tests ont montré que ces mesures techniques entravent aussi la connexion à des sites légitimes.

Surprise ! Le filtrage par défaut des contenus pornographiques affecte aussi les sites légitimes. C'est ce que relève la BBC, qui constate que la mesure défendue par le gouvernement britannique est en train de perturber l'accès des internautes à des espaces d'information qui traitent notamment d'éducation sexuelle et de dépendance à la pornographie.

Le test effectué par la chaîne anglaise illustre en fait le dilemme classique auquel est confronté celui qui veut filtrer : s'il définit des règles trop strictes, il risque de capturer des sites légitimes dans ses filets. À l'inverse, des mailles trop espacées laisseront vraisemblablement tranquilles ces derniers… mais ne seront pas non plus en mesure de stopper certaines adresses qui auraient dû l'être.

Sur les 68 sites pornographiques testés avec le filtre de TalkTalk, un fournisseur d'accès à Internet anglais, il est apparu que 7 % ont été consultés sans encombre. TalkTalk a dans le même temps empêché l'accès à un site sur les violences sexuelles subies par les femmes. À l'inverse, le filtre de Sky, un autre opérateur local, a bloqué 99 % des sites, mais aussi 6 sites portant sur la dépendance à la pornographie.

Le gouvernement britannique tient à ce que tous les nouveaux abonnés au Royaume-Uni accèdent à Internet avec le filtre en cours d'exécution, lequel peut toutefois être désactivé par la suite. Concernant les clients actuels, les opérateurs devront prendre contact avec eux d'ici la fin de l'année 2014 afin de leur présenter cette mesure, qui, si elle est activée, touchera chaque terminal accédant à Internet via le modem.

visuel_fibre_adsl2

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !