Célèbre index BitTorrent, IsoHunt n'est plus accessible en Italie sauf à utiliser des outils de contournement (proxys, VPN). La justice italienne a en effet demandé aux opérateurs locaux de bloquer l'accès au site, accusé d'enfreindre la propriété intellectuelle.

Empêtré dans un interminable procès en Amérique du Nord, IsoHunt connaît aussi quelques soucis judiciaires en Europe. Le quotidien milanais Corriere della Sera rapporte qu'un tribunal de la ville a ordonné aux fournisseurs d'accès à Internet de bloquer l'accès à l'index BitTorrent pour empêcher les internautes italiens d'accéder à des contenus enfreignant le droit d'auteur.

C'est la FIMI (Federazione Industria Musicale Italiana) qui est à l'origine de cette décision, après avoir constaté des infractions au droit d'auteur sur le site. Le procès s'est manifestement déroulé dans une relative discrétion, dans la mesure où les responsables d'IsoHunt n'ont découvert que très récemment les conclusions du jugement.

Menée à l'échelle mondiale, la lutte contre le téléchargement illicite rencontre des succès divers selon les pays. En Italie, les ayants droit sont parvenus à marquer des points importants dans ce combat. Cette année, un gérant italien d'un site de liens condamné à 6,4 millions d'euros d'amende, tandis qu'un autre a été puni à cinq mois de prison.

L'enquête, qui a été confiée à la FAPAV (Federazione anti-pirateria audiovisiva) et la FPMM (Federazione contro la Pirateria musicale multimediale). L'action contre IsoHunt n'a été que l'une des facettes d'une action plus vaste, baptisée "opération Caméléon" et qui a impliqué la police douanière et financière de Milan ainsi que le procureur de la ville. Outre IsoHunt, deux autres sites étaient dans le collimateur.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !