Février 2024 est plus long que d’habitude. Il y a un jeudi 29, car c’est une année bissextile. Pour beaucoup, c’est un jour de travail. Cela signifie-t-il que l’on gagnera plus ou moins d’argent que d’habitude ?

En 2024, un 29 février se glisse dans le calendrier. C’est une année bissextile, une bizarrerie du calendrier liée au mouvement de la Terre. Afin de compenser un décalage entre le calendrier habituel de 365 jours et le temps que la Terre met pour tourner autour du Soleil, les années bissextiles ont été inventées. Cette année, le jour supplémentaire tombe un jeudi, soit un jour de travail pour beaucoup de personnes en activité.

@numerama

Est-ce qu’un jour en plus dans l’année, c’est un jour de salaire en plus ? #argent #numerama #france #29février #bissextile #salaire

♬ son original – Numerama – Numerama

Si certains salariés peuvent se désoler de travailler un jour de plus en 2024, d’autres y voient peut-être plutôt un espoir, celui d’être payé davantage que d’habitude. Pourtant, si vous avez déjà reçu votre bulletin de salaire, vous avez probablement constaté que vous n’avez pas perçu plus d’argent malgré le jour de travail supplémentaire en février. Non, le service comptabilité ne s’est sûrement pas trompé et n’a pas « oublié » de compter un jour de travail.

29 février ou pas, le salaire est mensualisé

En France, les salariés ont bien un taux horaire, c’est-à-dire un montant perçu pour une heure de travail. Cependant, lorsqu’on signe un contrat de travail, la rémunération est mensualisée. Cela veut dire que le salaire est payé mensuellement, « indépendamment du nombre de jours que comporte le mois et du nombre de jours travaillés », indique le Code du travail numérique.

« La plupart des salariés sont mensualisés, c’est-à-dire qu’ils ont un salaire identique tous les mois, qu’on soit en février avec 28 ou 29 jours, ou qu’on soit en mars et qu’il y en ait 31. Beaucoup de salariés risquent d’être déçus cette année, s’ils pensaient qu’ils allaient être plus payés au mois de février, ce ne sera pas le cas », confirme à Numerama Maître Tiphaine Vibert, avocate en droit social et membre du cabinet Cilaos Avocats.

« Le taux horaire est donné à titre indicatif. On renvoie au Code du travail pour les modalités de paiement », ajoute l’avocate. Ce fait est effectivement détaillé à l’article L3242-1 du Code du travail : « La rémunération des salariés est mensuelle et indépendante, pour un horaire de travail effectif déterminé, du nombre de jours travaillés dans le mois. Le paiement mensuel neutralise les conséquences de la répartition inégale des jours entre les douze mois de l’année. »

Ce principe s’applique depuis que la mensualisation est inscrite dans la loi, ce qui a eu lieu le 19 janvier 1978. « Le Code du travail a alors devancé les éventuelles revendications des salariés concernant le nombre de jours différenciés suivant les mois, rappelle Maître Tiphaine Vibert. Auparavant, c’était moins clair, cela pouvait être mensualisé ou pas. »

Ainsi, les salariés reçoivent un salaire identique chaque mois (sauf si leur salaire lui-même vient à évoluer, à la faveur d’une augmentation par exemple), même si certains mois ont 30 jours et d’autres 31. Février ne fait pas non plus exception, qu’il dure seulement 28 jours ou, plus rarement, 29 jours lors des années bissextiles.

Finalement, la mensualisation peut même paraître avantageuse : il y a moins de jours travaillés en février que le reste des mois de l’année, mais on touche le même salaire que lors des autres mois. Mais, effectivement, lors des années bissextiles, certains peuvent estimer qu’ils travaillent un jour de plus « pour rien », par rapport aux années non bissextiles.

Calendrier de février 2024, année bissextile. // Source : Canva
Calendrier de février 2024, une année bissextile. // Source : Canva

Certains travailleurs seront davantage payés lors d’une année bissextile

Cependant, tous les travailleurs ne sont pas concernés par la mensualisation. En sont ainsi exclus les travailleurs à domicile, les travailleurs saisonniers, les travailleurs intermittents et les travailleurs temporaires. « Dans certaines conditions, ces personnes peuvent profiter d’une rémunération plus importante en février s’il y a 29 jours », indique Maître Tiphaine Vibert.

Puisque leur rémunération n’est pas soumise au principe de la mensualisation, ces personnes peuvent dès lors être rémunérées davantage en février 2024. Mais, à condition que le 29 février soit un jour travaillé.

Cet article existe grâce à

Cet article a pu voir le jour grâce au financement de nos adhérent·e·s, offrant le temps et les ressources nécessaires à la production d’une information de qualité. Numerama+ permet à Numerama de rester gratuit et éviter de verrouiller le web derrière un mur payant.

Zéro publicité, meilleur confort de lecture, articles résumés par l’I.A et plus encore... Si vous souhaitez soutenir la mission de Numerama et profiter de nombreux avantages exclusifs, adhérez à Numerama+.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !