Nicolas Sarkozy veut effacer au plus vite le souvenir de la censure constitutionnelle du projet de loi Création et Internet. Le projet de loi relatif à la protection pénale de la propriété littéraire et artistique sur Internet, surnommé Hadopi 2, sera discuté au Sénat dès le 8 juillet prochain, à partir de 14H30.

L’agenda parlementaire prévoit deux jours de lecture du texte présenté par Michèle Alliot-Marie, les 8 et 9 juillet.

Comme avec l’Hadopi première du nom, ce sont donc les sénateurs qui auront l’honneur de débuter l’examen du texte, avant son renvoi à l’Assemblée Nationale. Sauf contre-temps, les députés devraient examiner le texte autour du 22 juillet prochain.

Le Sénat, très majoritairement favorable à un renforcement de la lutte contre le piratage, ne devrait pas poser de difficulté à la ministre de la Justice. Ils n’en avaient posé aucun à Christine Albanel, les sénateurs socialistes ayant même voté en faveur du projet de loi Hadopi lors de la première lecture.

Comme c’est désormais la coutume sur la quasi totalité des textes gouvernementaux, la procédure accélérée (anciennement « l’urgence ») a été déclarée, de sorte que les deux chambres du Parlement n’auront droit qu’à une seule lecture du projet de loi Hadopi 2. A moins que les socialistes réussissent à renouveler le coup du rideau.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.