Lorsque les artistes que vous êtes censés défendre prennent fait et cause pour les personnes que vous faites condamner, vous savez que vous avez un problème. Déjà au début du mois, un groupe dont les chansons piratées avait été utilisées pour justifier la condamnation de The Pirate Bay en suède s’était élevé contre la décision du tribunal de Stockholm, et avait lui-même diffusé en exclusivité son dernier album sur le site de liens BitTorrent pour démontrer son soutien le plus sincère. Cette semaine, c’est la condamnation de Jammie Thomas qui soulève la colère d’un artiste dont les chansons ont servi de prétexte à une lutte disproportionnée contre les pirates.

Jammie Thomas a été condamnée la semaine dernière à verser 1,92 million d’euros à la RIAA pour avoir partagé 24 chansons sur Kazaa. Parmi les artistes piratés figure Richard Marx, qui n’est pas du tout content de voir son nom associé à ce jugement record. « En tant qu’auteur de chansons professionnel de longue date, je me suis toujours opposé à la pratique de téléchargement illégal de musique« , prévient d’abord l’artiste. Mais « maintenant nous avons un ‘jugement’ dans une affaire de téléchargement illégal, et il me semble, surtout en ces temps d’économie extrêmement volatile, que rendre Mme Thomas-Rasset responsable des actions quotidiennes de centaines de milliers de personnes est, au mieux peu judicieux, au pire ridicule ».

« Mme Thomas-Asset, j’ai honte d’avoir mon nom associé à cette affaire« .

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !