La grève touche tout le pays et même sur Internet. Plusieurs comptes humoristes ont annoncé faire grève en floutant une partie de leur contenu. Une nouvelle forme de manifestation inédite en ligne, d’autant plus marquante que les comptes ne sont habituellement pas politisés.

« [EN GRÈVE] Barrage filtrant de contenu, 50% des memes (sic) sont désormais bloqués, y’a un pneu qui crame dans mon salon et je distribue des tracts à mon chat ». Le message est publié au-dessus d’un mème, dont on reconnait les contours familiers, mais dont on peine à distinguer les détails, et dont il est impossible de deviner le contenu.

L’appel à la grève a été lancé le 21 mars par le compte bien connu Mèmes Décentralisés, qui compte plus de 400 000 followers sur Instagram. Le but ? Que plusieurs comptes de mèmes prennent aussi des actions, à leur niveau, pour soutenir les manifestations qui ont lieu un peu partout en France — et leur initiative a trouvé quelques adeptes

Les mèmeurs se politisent

Flexiglass, un compte de mèmes dédié aux absurdités du monde du travail comptant 70 000 abonnés sur Instagram, a rejoint l’initiative quelques jours après. La page indique qu’elle « rejoint la grève du meme (sic) des camarades de [Mèmes décentralisés] ! Un certain nombre de mèmes seront désormais floutés. Retrait de la réforme des retraites… ». L’image adossée au message est elle aussi floutée, indiscernable.

Le mème flou publié par Flexiglasse en signe de protestation contre la réforme des retraites // Source : Flexiglasse
Le mème flou publié par Flexiglasse en signe de protestation contre la réforme des retraites // Source : Flexiglasse

Dernier groupe à avoir rejoint la lutte est Neurchibald de Tintin, un groupe Facebook spécialisé dans les blagues sur la fameuse BD, fort de 56 000 membres. « Parce qu’on rejoint le mouvement lancé par mèmes décentralisés et [Flexiglasse] ! », écrit le groupe au-dessus d’une image floutée où l’on devine la silhouette de Tintin et du Capitaine Haddock. « La grève continue camarades ! »

Mèmes Décentralisés n’a pas depuis republié d’images floutées, mais a fait plusieurs contenus faisant référence à la grève. On trouve sur la page plusieurs clins d’œil aux blocages dans diverses villes du pays ou à l’article 49.3, utilisé par Élisabeth Borne pour faire adopter la loi sur les retraites. Dans une autre vidéo, le compte appelle même directement à faire grève.

Un mème publié par Mèmes Décentralisé pour leur 2e jour de grève // Source : Mèmes Décentralisés
Un mème publié par Mèmes Décentralisé pour leur 2e jour de grève // Source : Mèmes Décentralisés

Cette mobilisation peut paraître assez minime, mais c’est un évènement rare pour des comptes de mèmes habituellement assez peu politisés. À l’instar des influenceurs français qui prennent peu à peu la parole contre la réforme des retraites, les mèmeurs se sont emparés du sujet. Il s’agit surtout d’une preuve de l’intensité de la contestation et du rejet de la réforme à travers la France, qui s’exprime désormais avec d’autres canaux — même les plus futiles de premier abord.

Il n’est pas dit que le mouvement persiste dans le temps. Flexiglasse n’a pas républié de mème flouté, et Numerama n’a pas trouvé d’autres gros comptes ayant annoncé faire grève. Mais la page Mèmes Décentralisés ne compte en tout cas pas arrêter son mouvement de si tôt. Dans un mème détournant une interview d’Emmanuel Macron, à la question « tu vas continuer ta grève débile longtemps ? », les administrateurs de la page répondent « oui, peut-être ! »


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !