Celle que l’on comparait à Steve Jobs il y a dix ans, a été condamnée ce 18 novembre pour avoir trompé toute la Silicon Valley avec une solution de test sanguin miracle.

Le verdict est tombé. Elizabeth Holmes a été condamnée ce 18 novembre à un peu plus de 11 ans de prison pour avoir escroqué des investisseurs en prétendant que sa technologie pouvait détecter des maladies à partir d’une goutte de sang. « La tragédie dans cette affaire est que Mme Holmes est brillante et qu’elle est parvenue à se faire une place dans un monde dominé par les egos masculins », a relevé le juge. Mais il y a aussi eu suffisamment de preuves de « manipulations et de mensonges utilisés pour faire des affaires », a-t-il ajouté. 

Selon les experts, cette affaire pourrait avoir un impact sur la manière dont les investisseurs place leur argent dans les startups. Elizabeth Holmes a fondé Theranos en 2003, à 19 ans seulement, dans l’idée de fabriquer un outil de diagnostic sanguin rapide, indolore et moins cher que ceux des laboratoires traditionnels.

En 2014, Elizabeth Holmes était considérée par beaucoup comme la nouvelle Steve Jobs. // Source : Wikimedia Commons
En 2014, Elizabeth Holmes était considérée par beaucoup comme la nouvelle Steve Jobs. // Source : Wikimedia Commons

Des risques pour les patients

Grâce une super campagne de marketing, elle était parvenue en quelques années à gagner la confiance de sommités et à lever des fonds auprès de prestigieux investisseurs attirés par le profil de cette jeune femme, une rareté dans le monde masculin des ingénieurs californiens. À son apogée, l’entreprise était valorisée près de 10 milliards de dollars. Mais en 2015, le scandale éclate au grand jour lorsque le Wall Street Journal révèle que la machine n’a jamais fonctionné comme elle le devait. Au lieu de sauver des vies, elle avait exposé les patients à un risque sérieux de faux résultats.

L’affaire n’est pas entièrement terminée. L’ancien petit ami et partenaire commercial de Elizabeth Holmes, Ramesh Balwani, doit recevoir sa sentence le 7 décembre. Il a été reconnu coupable de 12 chefs d’accusation de fraude à l’encontre des investisseurs et des patients de Theranos. Holmes l’a également accusé d’avoir abusé d’elle, mais Balwani a nié ces allégations.