Sous la pression des autorités sud-coréennes, Apple s’apprêterait à autoriser les développeurs d’applications à contourner son système de paiement. Dans cette nouvelle configuration, Apple continuerait de prélever une commission.

Dans les prochaines semaines, la Corée du Sud devrait réussir à mettre fin aux monopoles d’Apple et Google sur les paiements dans leurs magasins d’applications (l’App Store et le Play Store). Grâce à une loi votée fin août, les Sud-Coréens devraient bientôt pouvoir effectuer des achats in-app sans passer par les moteurs de paiement d’Apple et Google, qui prélèvent entre 15% et 30% des revenus des développeurs.

Selon The Korea Herald, Apple aurait donné son feu vert aux autorités sud-coréennes et s’apprêterait à rentrer en conformité. Il devrait bientôt être possible d’utiliser des moteurs alternatifs, comme PayPal, pour acheter de la monnaie virtuelle dans un jeu ou s’abonner à un service. De son côté, Google avait annoncé en novembre qu’il se mettrait aussi en conformité avec la loi coréenne. Pour l’instant, il ne l’a pas encore fait.

En Corée du Sud, Apple expérimente pour la première fois les modes de paiement alternatifs
Les Coréens devraient prochainement pouvoir faire des achats in-app sans passer par le moteur de paiement d’Apple. // Source : Pixabay

Comment Apple va-t-il procéder ?

Pour la Corée du Sud et la KCC (la Korea Communications Commission), cette annonce d’Apple est une immense victoire. Sous pression des autorités du monde entier (Apple a fait appel de son procès contre Epic Games et affronte les régulateurs de plusieurs pays européens), Apple lutte depuis des mois pour protéger le modèle économique de son App Store. L’entreprise a annoncé quelques changements pragmatiques comme la possibilité pour les petits développeurs de ne partager que 15 % de leurs revenus ou celle de s’abonner à des services en dehors de l’App Store. Elle reste en revanche ferme sur certains points plus fondamentaux. Par exemple, Apple ne veut pas de sideloading (la possibilité d’installer des applications en dehors de l’App Store) et s’est jusqu’à maintenant montrée très réticente envers les méthodes alternatives de paiement qui, selon elle, ouvre la porte à des problèmes de sécurité. La Corée du Sud a réussi à lui faire changer d’avis grâce à sa nouvelle loi (3% du chiffre d’affaires coréen d’Apple auraient été prélevés autrement).

Ce que l’histoire ne dit pas est la date à laquelle Apple mettra en place ces changements. On se demande par ailleurs comment la marque va faire pour les limiter seulement à la Corée du Sud. Les développeurs devront-ils proposer une version spéciale de leur application à chaque fois ? Apple pourrait-il, en anticipation des futures sanctions internationales, ouvrir ce changement à tous les pays ?

Autre inconnue, The Korea Herald indique que, comme Google, Apple continuera de prélever une commission même si l’on passe par un système tiers. De combien sera-t-elle ? Pour l’instant, aucun des deux géants du numérique n’a communiqué cette information.