Le Vestiville devait être l'un des plus gros festivals d'Europe de l'année. Le rêve a tourné au cauchemar, et ses organisateurs sont aujourd'hui poursuivis en justice.

Les organisateurs du Vestiville avaient promis des têtes d’affiche comme Cardi B, A$AP Rocky, Migos, Future, Jason Derulo ou Maître Gims. Ils avaient vendus des belles « villas », un espace de concerts et des activités dignes de Coachella. Mais une fois sur place, les spectateurs ont vite déchanté. Le festival prévu fin juin a été annulé, les navettes supprimées. Les organisateurs se sont volatilisés, avant d’être arrêtés par la police. Beaucoup ont comparé cette histoire à celle du Fyre festival, un festival qui devait avoir lieu sur une île paradisiaque et qui s’est avéré être l’un des plus gros fiasco que le monde de la musique ait connu.

Un programme alléchant

Vestiville devait avoir lieu du 28 au 30 juin à Lommel, en Belgique. Il s’agissait de la première édition sous ce nom, mais les organisateurs n’en étaient pas à leur coup d’essai : entre 2014 et 2017, ils s’occupaient déjà du Vestival, un rendez-vous similaire. En 2018, ils avaient décidé de faire une pause, pour consacrer plus de temps à la préparation de l’édition de 2019.

Cette pause semblait bénéfique au premier abord, puisque la programmation annoncée en 2019 avait de quoi faire rougir les plus gros festivals. Parmi les têtes d’affiche, étaient notamment annoncés Cardi B, A$AP Rocky ou Future, pour des tickets allant de 78 à 188 euros par jours (202 euros le pass 3 jours, 400 en VIP).

Sur une page de présentation, on apprend aussi que de nombreuses activités étaient prévues : un espace dédié à la réalité virtuelle, des démonstrations de sports extrêmes, des massages, un espace et bien d’autres choses encore. Des vidéos vantaient les logements : soit des tentes, soit les Vestivillas, des « villas modernes avec jardin privé » et piscine commune accessible entre 800 et 1 500 euros pour les trois jours (pour 4 à 8 personnes).

Des Vestivillas. // Source : Vestiville

Séduits par la promesse, des influenceurs ont fait la promotion du festival. Il affichait presque complet le 30 mai selon les organisateurs.

Des « maisonnettes » à 1 200 euros au lieu de 330

Sur place, tout le monde a rapidement déchanté. Roubaba, de la chaîne YouTube HouseOfRbb (450 000 abonnés au compteur), explique dans une vidéo avoir accepté une invitation gratuite — elle a payé de sa poche le transport — au festival, en l’échange de quelques stories et publications Instagram. Elle a été logée dans les fameuses Vestivillas, qui selon elles, n’étaient pas aussi luxueuses qu’annoncé. « De l’extérieur, la villa ressemblait aux photos, mais de l’intérieur, pas du tout », raconte-t-elle. « Je ne sais pas si on a eu la pire villa du campement mais (…) elle était sale, il y avait des tâches partout par terre, dans la salle de bains c’était hyper rustique, il y avait des araignées, des bêtes mortes, des mouches de partout », détaille Roubaba, ajoutant que la piscine était fermée. Elle a toutefois eu la chance de ne pas payer son logement. Elle admet que si elle avait déboursé plus de 1 000 euros pour se retrouver avec une chambre sale, elle aurait probablement «  pété un plomb ».

D’autres festivaliers ont partagé son ressenti. Heily Zee raconte sur YouTube qu’elle parlerait plus de « petites maisonnettes » que de villas. Sur Twitter, Sharzitname précise qu’il manquait de nombreux extras comme le Wi-Fi et que les Vestivillas « ne ressemblaient en rien aux photos. »

Les villas n’appartenaient d’ailleurs pas à Vestiville. Il s’agit en fait de cottages du réseau Sunparcs. En temps normal, le cottage basique pour 8 personnes est loué 330 euros les trois jours, au lieu des 1 200 décidés par les organisateurs du festival.

Le festival annulé et gaz lacrymo

La seconde déception a été la plus importante. Après avoir posé leurs valises, les festivaliers se sont rendus sur le lieu où devaient se tenir les concerts. Certains ont pu entrer, d’autres sont restés bloqués à l’entrée. Puis le couperet est tombé : le festival était finalement annulé.

« Les gens s’énervent forcément, surtout que personne ne donne d’informations. Ils ont forcé l’entrée », raconte Roubaba dans sa vidéo. Les choses ont ensuite dégénéré, la police envoyant des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser la foule. Au moment où la vidéaste a voulu rentrer aux villas avec son ami, elle s’est aperçue que les organisateurs avaient tout simplement… annulé les navettes, sans prévenir personne. Entre SunParcs et le lieu du festival, il n’y a que 20 minutes en transport en commun ou voiture. À pied, le trajet fait en revanche 1h40. Il n’y avait aucun taxi de disponible et les spectateurs n’avaient pour la plupart pas de voiture à proximité.

Le trajet du festival aux villas. // Source : Capture d’écran Google Maps

Ce n’est que grâce à un chauffeur de camion qui travaillait sur festival que Roubaba a réussi à rejoindre son logement. Celui-ci lui a raconté que la veille encore, il avait dû « mettre un coup de pression » aux organisateurs, car il n’avait toujours pas été payé pour ses prestations.

Arrivée au campement, la youtubeuse prend conscience que les organisateurs ont «  pris la fuite ». Les gérants du SunParcs se retrouvent seuls face à des dizaines de personnes en colère qui demandent à être remboursées. Elle tente de contacter les organisateurs en message privé mais ses notes vocales restent sans réponse.

Des explications évasives et contradictoires

Le lendemain de l’annulation du festival, Roubaba de la chaîne HouseOfRbb a reçu une explication de la part de l’une des organisatrices. Cette dernière écrit : « Je suis désolée pour ce qui est arrivé. C’est à cause d’un festival de rock. Ils nous ont vu comme un concurrent, comme un Coachella américain (…) ce n’est pas de notre faute ».

Le message envoyé à Roubaba. // Source : Capture d’écran YouTube / HouseOfRbb

Ce que « Mina », l’organisatrice, explique ici, correspond à une thèse selon laquelle les organisateurs d’un autre festival belge qui avait lieu le même weekend auraient soudoyé le maire de Lommel afin qu’il annule le Vestiville.

Les deux festivals ne concernaient pourtant pas le même genre de musique et donc n’avaient potentiellement pas le même public. Par ailleurs, un événement comme le Vestiville peut avoir des retombées économiques considérables sur une ville comme Lommel. Il est peu probable que le maire ait souhaité un tel bad buzz. Nous avons contacté la mairie pour plus d’explications.

Un problème de sécurité ?

La seconde explication donnée quant à l’annulation du festival, et que la mairie a confirmé auprès de Numerama, était le manque de sécurité. Cette thèse est née avec un tweet publié par A$AP Rocky (qui accrédite la thèse selon laquelle des artistes devaient bien venir —  certains ont même répété sur scène avant l’annulation). L’artiste américain explique le vendredi 28 juin (soit le premier jour du festival) qu’il ne se produira pas sur la scène du Vestiville à cause de « problèmes de sécurité et des inquiétudes sur l’infrastructure ». « Les organisateurs m’avaient dit que cela serait réglé mais malheureusement pour vous et pour moi, ils ne l’ont pas fait », regrette-t-il.

Les autorités communales de Lommel nous ont confirmé cette version des faits dans un email. « Le maire a effectivement été forcé d’annuler l’événement suite à l’avis des services de sécurité présents, explique un porte-parole. Après de nombreuses inspections et malgré des recommandations, le site n’était simplement pas prêt à ouvrir. »

Le poste médical ne pouvait être ouvert à cause de la chaleur, a-t-il précisé. Il n’y avait pas assez de personnel de sécurité pour protéger la scène centrale et les issues de secours n’étaient pas bien indiquées. « Et c’est juste un aperçu des nombreux manquements », précise la mairie qui dit avoir cru jusqu’à la dernière minute que les organisateurs feraient le nécessaire pour régler les problèmes. « Malheureusement, ça n’a pas été le cas », disent-ils.

Des festivaliers remboursés…

Certains festivaliers ont réussi à rebondir assez vite suite à l’annulation du festival. Beaucoup d’entre eux racontent avoir finalement fait la fête dans les fameuses « villas ».

Ceux et celles qui ont payé leur billet seront remboursés, à condition qu’ils aient payé leurs tickets sur le site Evenbrite ou sur Festicket, a indiqué La Libre. Evenbrite (qui souhaite demander cet argent aux organisateurs) parle d’un délai de quelques jours. Festicket a indiqué à Numerama que l’annulation du festival avait été une «  grande surprise », alors même qu’ils étaient partenaires. Ils n’ont pas eu davantage d’informations que celles sorties dans la presse. « Notre priorité est de rembourser nos clients. De ce fait nous poursuivons en justice les organisateurs du festival pour récupérer les fonds que nous leur avions versé, assure une porte-parole. Cela devrait prendre environ 30 jours. »

On ignore pour le moment si les logements comme les Vestivillas ou les bracelets rechargeables — où l’on transfère une certaine somme d’argent à l’avance pour payer ses boissons — seront eux aussi remboursés. Le même système de bracelets avait été utilisé au Fyre Festival.

… Mais des prestataires toujours en attente

Les prestataires qui ont travaillé sur le festival restent eux aussi dans le flou. Comme l’avait raconté le chauffeur de camion rencontré par Roubaba, plusieurs n’ont pas été payés. C’est le cas de l’organisation Girls Job qui avait été contactée pour participer à l’organisation. Sur Instagram, Imène Drazia, la fondatrice de Girls Job, indiquait le 5 juillet : «  nous n’avons pas été payées pour notre travail ou pour le trajet des 50 personnes [qui se sont déplacées pour travailler]. Nous attendons d’en savoir plus ». Le compte Twitter Vestifail donne une idée de l’ampleur des pertes. Une société spécialisée dans le son et la lumière raconte s’être fait voler pour 40 000 euros de matériel sur place, probablement par les autres entreprises qui n’avaient pas été payées et ont décidé de se « servir ».

View this post on Instagram

✊🏼 Comme vous l’avez sûrement vu GIRLS JOB a été chargé de recruter 50 personnes venant de Paris (Lille) pour être responsables du VIP à moins de 48h du festival Vestiville 🙏🏼 Merci à tous ceux qui ont répondu présent ! La mission a été accomplie de notre côté avec des gens hyper motivés à aller donner le meilleur durant 3 jours intensifs (20 personnes supplémentaires devaient nous rejoindre le jour suivant pour renforcer les équipes), mais une fois sur place les choses se sont passées autrement… ➡️ J’ai reçu énormément de questions en DM je voulais donc faire un communiqué à ce sujet : 1️⃣ Tout était vraiment en place pour réaliser un festival de malade, accueillir les festivaliers, c’était même plutôt dingue : grande roue, stands divers et variés, carré VIP gigantesque… 2️⃣ À notre arrivée les répétitions de certains artistes avaient véritablement lieu 3️⃣ Les organisateurs nous ont reçu (avec du retard, mais rush du festival obligé..) et n’avaient pas l’air malhonnêtes 4️⃣ On nous a informé que le festival a été ANNULÉ (je cite) "par le maire de la ville qui a estimé que les normes de sécurité n’étaient pas respectées"…véritable CHOC, après près de 3 jours sans dormir pour tout préparer, nous avons dû annoncer à notre STAFF qu’il fallait rentrer chez soi bredouille..la situation a parfaitement été gérée la avec nos équipes et l’ambiance était plutôt cool même. Merci à ma team sur place & à ceux qui n’ont pas pu venir le jour suivant pour leur compréhension 🔥 5️⃣ Nous n’avons pas encore été payé, ni pour le travail que @girlsjobparis a effectué dans l’urgence totale, ni pour le déplacement des 50 personnes, ni pour notre journée perdue sur place et nous sommes en attente pour ce point là et espérons que cela sera réglé (nous vous tiendrons au courant) ♥️ Je tenais à remercier et surtout à saluer les membres de ma fabuleuse équipe : tous on été professionnels, disponibles, compréhensifs, calmes et dans un esprit d’équipe ! C’est un malheureux échec pour ce festival mais une grande réussite pour GIRLS JOB qui a fait le job et plus encore. ⬇️ Je réponds à vos questions en commentaires #vestiville #vestiville2019 #vestivillefestival #vestivillelommel

A post shared by Own Life CEO (@imn.drazia) on

Les organisateurs sont un frère et une sœur néerlandais et un homme Britannique. Dimanche 30 juin, les deux premiers ont été placés en garde à vue. Ils sont poursuivis pour usage de faux (de fausses preuves de paiement auraient été données aux différents fournisseurs et travailleurs), escroquerie et abus de confiance.

Les autorités communales de Lommel se sont portées partie civile contre les organisateurs. «  La ville veut pouvoir avoir accès au dossier judiciaire et récupérer les coûts engendrés par l’annulation de l’événement, a précisé le politique Peter Vanderkrieken. Avec l’annulation, nous avons dû fournir de la nourriture, du matériel et des douches aux festivaliers lésés ». Il précise que les fournisseurs d’eau et électricité voulaient couper l’alimentation du site mais que la mairie a pu négocier avec eux pour que cela ne soit pas fait. Les 20 000 euros de caution laissés par les organisateurs du festival n’ont pas suffi à amortir ce coût. Peter Vanderkrieken regrette aussi que le Vestiville ait donné une si mauvaise image de sa ville.

L’enquête est toujours en cours

Les deux organisateurs principaux ont été remis en liberté le 3 juillet, selon la RTBF mais l’enquête n’est pas pour autant terminée. La police de Lommel a appelé tous les fournisseurs non payés à la contacter afin de poursuivre les investigations. L’associé britannique a lui été entendu par un juge puis relâché.

De nombreuses inconnues restent à éclaircir à propos de cette équipe. Un professeur belge a ainsi mis en évidence de vieux papiers qui montrent que l’organisateur principal n’en était pas à sa première faillite… ni à ses premiers échecs en termes d’organisation de festival. Il aurait ainsi contribué à l’échec financier d’un autre festival qui se déroulait aux Pays-Bas.

Cette histoire a été beaucoup comparée au Fyre Festival. Il était supposé être l’un des plus gros événements musicaux jamais montés. Ses organisateurs avaient annoncé des artistes reconnus, ils avaient présenté de somptueuses villas, recruté des influenceurs et influenceuses pour faire leur promotion… Finalement, tout a été annulé une fois que les spectateurs étaient sur place. Le récit de cette immense arnaque a été raconté dans un documentaire, toujours disponible sur Netflix. On y apprenait qu’en plus des spectateurs, certains prestataires avaient tout perdu. Ils avaient dû dépenser toutes leurs économies pour rattraper les ratés des organisateurs.

Partager sur les réseaux sociaux