Depuis mars 2018, une affaire de discrimination sur l’âge plane au-dessus du géant américain IBM. Avec l’entrée en lice de la célèbre avocate Shannon Liss-Riordan à la tête d'une action collective, elle prend une nouvelle ampleur.

Shannon Liss-Riordan, une des plus influentes avocates américaines, s’est saisie d’une action collective contre le géant IBM, accusée de discriminer ses employés selon leur âge, a rapporté Bloomberg le 17 septembre 2018.

Ce ne sera pas la première fois que la juriste s’attaque à un groupe d’une telle taille, puisqu’elle a déjà gagné des procès contre Uber, Lyft, Google ou Amazon. Sa firme Lichten & Liss-Riordan s’est taillée un nom comme défenseure du droit des employés laissées pour compte par les nouvelles entreprises de la tech.

L’avocate Shannon Liss-Riordan. Capture d’écran Youtube // Source : Youtube

La célèbre avocate représentera trois anciens employés d’IBM, qui accusent leur ancien employeur de les avoir discriminés sur leur âge lors de leur licenciement. Le chronomètre de cette bombe à retardement s’est déclenché le 22 mars 2018, lorsque le site d’investigation ProPublica a publié, en partenariat avec Mother Jones, une longue enquête à charge contre IBM. Avec de nombreuses preuves à l’appui, documents internes comme témoignages, les journalistes ont exposé les nombreux cas de discrimination sur l’âge dans les licenciements d’IBM.

Plusieurs centaines de millions de dollars en jeu

Selon leurs chiffres, sur les cinq dernières années, 20 000 employés américains de plus de 40 ans ont été licencié par le géant de l’informatique, ce qui représente plus de 60 % des licenciements américains du groupe sur la période. La chute de ce premier domino a conduit dès début avril à l’ouverture d’une enquête de la part de la commission américaine de l’égalité aux opportunités d’emploi (EEOC) : IBM n’aurait pas respecté certaines lois et dispositions qui protègent les employés seniors. La commission a soutenu les premières dépositions de plainte des anciens employés, et d’autres se sont déclarées tout au long de l’été.

L’entrée en jeu de Shannon Liss-Riordan en soutien de l’action collective donne une nouvelle ampleur à l’affaire. Le coût pourrait se compter en centaines de millions de dollars pour IBM si elle obtient gain de cause pour ses clients. Le porte-parole du groupe s’est contenté d’un e-mail envoyé aux médias américains : « Les changements dans nos effectifs sont liés aux compétences, et non à l’âge. En vérité, depuis 2010, il n’y a pas de différence dans l’âge de nos effectifs américains, mais les profils d’expertise de nos employés ont énormément changé. » La discrimination sur l’âge entre baby-boomers et millenials est devenue une accusation récurrente envers les géants de la tech. Intel s’en défendait en mai, et des doutes étaient déjà émis à l’encontre de Google en 2016… 

Partager sur les réseaux sociaux