Des dizaines de comptes Twitter qui appartiendraient à des employés des centres de distribution d'Amazon enchaînent les gazouillis pour défendre leur entreprise. Ces « ambassadeurs » obtiendraient en échange des bons d'achat et jours de congé.

Des dizaines d’employés d’Amazon ont été encouragés à créer un compte Twitter spécial pour défendre leurs conditions de travail dans les centres de distribution de l’entreprise, ont rapporté plusieurs médias américains le week-end du 25-26 août 2018.

Cette découverte survient à la suite d’un premier tweet d’un internaute, datant du 23 août, qui a repéré l’existence de nouveaux profils Twitter qui se présentent tous sous la même forme : un prénom, un tiret, et la mention « Amazon FC Ambassador », qui signifie « ambassadeur des centres de distribution d’Amazon », suivi d’un petit emoji boîte. Leur photo de couverture représente le logo de l’entreprise de Jeff Bezos.

Ces comptes, qui pourraient de prime abord passer pour des bots, sont en fait bien tenus par des salariés, a confirmé un porte-parole de l’entreprise au site d’information Quartz le 26 août : « Les ambassadeurs sont des employés qui ont de l’expérience de travail dans des centres de distribution… La chose la plus importante à retenir, c’est qu’ils travaillent ici depuis assez longtemps pour partager honnêtement les faits, en se basant sur leur propre expérience.  »

« Une mission temporaire qu’ils nous ont donnée »

Sur leurs comptes, ces dizaines de salariés proposent de «  répondre à vos questions » — notamment après les nombreux articles rapportant le fait que des employés gagnent si peu qu’ils doivent avoir recours à des bons alimentaires de l’État, ou bien que les conditions de travail sont si éreintantes que des employés anglais auraient été obligés d’uriner dans des bouteilles pour ne pas prendre de pause et atteindre leurs objectifs.

Mais ces comptes Twitter, qui se répondent beaucoup entre eux, peuvent aussi apparaître dans une conversation qui ne les mentionne pas, mais qui critique les conditions de travail des salariés d’Amazon.

Un ancien « ambassadeur » aurait confié à une journaliste de Yahoo Finance qu’ils étaient tous volontaires et qu’ils ne recevaient pas de bonus sur leur salaire. En revanche, ils seraient rémunérés sous la forme d’un jour de congé, de bons d’achat Amazon et d’«  un peu de temps passé loin de l’empaquetage de boîtes ».

« C’est une mission temporaire qu’ils nous ont donnée », écrit Thomas, un ambassadeur content de « partager son expérience », qui dit tweeter sur son temps libre. Interrogé sur le fait d’être payé pour décrire ses conditions de travail sur Twitter, Phil ajoute quant à lui : «  Oui, en tant qu’ambassadeur, j’ai le droit de raconter mon histoire. Mes autres responsabilités sont le stockage, former les nouveaux, résoudre des problèmes, etc.  »

« Nous sommes payés pour dire la vérité  »

« Nous ne sommes pas payés en plus, et je parle souvent du fait que j’adore mon métier. Ça paraît fou, que je puisse apprécier mon travail », ajoute Kara. Isaac, un autre employé, affirme quant à lui : « nous sommes payés pour dire la vérité.  »

On remarque que les tweets de ces employés zélés présentent certaines similitudes. Il s’agit souvent d’affirmer que leurs conditions de travail sont bonnes et qu’ils ont des pauses correctes. Plusieurs ambassadeurs utilisent étalement la même statistique : Amazon payerait ses employés «  30 % de plus que les autres commerces ». Un pourcentage que l’entreprise aime mettre en avant, mais qui est contesté car Amazon compare le salaire horaire de ses employés de centres de distribution à celui des magasins, et non à d’autres centres de distributions — qui paient généralement un peu mieux.

Partager sur les réseaux sociaux