Microsoft est exposé aux foudres de ses employés en raison d'un contrat passé avec la U.S. Immigration and Customs Enforcement (ICE).

Le monde de la tech est secoué par la politique anti-immigration du Président Trump. Après la découverte d’un post faisant état d’une collaboration entre Microsoft et la brigade de contrôle des immigrants américaine (ICE), les employés de Microsoft ont adressé une lettre ouverte à leur CEO, Satya Nadella, exigeant l’annulation d’un tel contrat.

Mike Mozart, CC BY 2.0

Microsoft, « complice » de la politique anti-immigration

En janvier dernier, Microsoft annonçait fièrement sa collaboration avec la ICE. La multinationale précisait à ce sujet que ses technologies pourraient aider les employés de la ICE à prendre des décisions plus rapidement à l’aide d’outils de traitement de données et de reconnaissance faciale. Si le post est initialement passé inaperçu, sa mise en lumière le 18 juin par des internautes a provoqué l’ire d’une partie des salariés.

Le 19 juin est publiée une lettre ouverte au CEO Satya Nadella, relayée par le New York Times. Signée par plus de 300 employés à l’heure actuelle d’après The Verge, la lettre met Microsoft face aux enjeux éthiques qui partagent les États-Unis. « Nous pensons que Microsoft doit prendre une position éthique et faire passer familles et enfants avant le profit », commencent-ils.

 « Nous refusons d’être complices » 

Les employés demandent par la suite que Microsoft annule expressément son contrat avec la ICE mais également avec ceux qui soutiennent la ICE. Très critiques, ils n’hésitent pas à appuyer le fait que Microsoft ait pu effectivement fournir de puissantes technologies « dans les mains d’une agence qui a fait preuve d’une volonté répétée à promulguer des règles cruelles et inhumaines. […] En tant que personnes fabriquant les technologies dont Microsoft tire profits, nous refusons d’être complices. »

Dans un communiqué publié sur LinkedIn le 20 juin, Satya Nadella a tenu à se défendre de toute coopération avec de telles pratiques. « Je veux être clair : Microsoft ne travaille avec le gouvernement américain sur quelconque projet lié à la séparation des enfants de leurs parents à la frontière. » Une implication fermement niée, une collaboration qui ne concernerait en fin de compte que la bureautique. Rien qui ne convainque comme le confie un employé à The Verge : « Pour le moment, des déclarations sont faites mais il n’y a aucune action derrière. »

Lettre des codeurs GitHub

De leur côté, des codeurs GitHub (que Microsoft possède) ont également adressé une lettre à Microsoft ce 21 juin où ils menacent d’arrêter d’utiliser GitHub : « Laissez tomber ICE comme client ou perdez-nous comme utilisateurs GitHub. » À l’heure où nous écrivons ces lignes, la lettre a été signée par 112 codeurs.

Partager sur les réseaux sociaux