Tesla pose ses valises à Paris. Le nouveau magasin du constructeur fait office de démonstration pour la stratégie de la firme d'Elon Musk.

C’est dans le quartier très chic de la Madeleine, dans le huitième arrondissement parisien, que Tesla a décidé d’ouvrir son premier magasin flagship dans la capitale. Celles et ceux qui suivent la marque sauront nous reprendre : ce n’est pas exactement la première boutique dans la mesure où Tesla avait une présence physique parisienne à la sortie du premier Roadster. L’anecdote est amusante : à l’arrivée des Model S en France, la boutique avait dû fermer car l’imposante berline électrique ne passait pas les portes. Mais ce temps est révolu : après des installations dans toute la France et en région parisienne, Tesla pose ses bagages au 3-5 boulevard Malesherbes.

Il ne sera pas question que de voitures

Pour les curieux et futurs clients, ce sera l’occasion évidente de découvrir la marque sans avoir à se rendre à Parly 2 ou à Chambourcy. Pour nous, c’était surtout une opportunité de faire un point sur la stratégie de développement de Tesla en France qui semble mettre les bouchées doubles dans notre pays, devenu par exemple le troisième en termes de couverture de superchargeurs et recharge à domicile derrière les États-Unis et la Chine.

Powerwall

L’ouverture de cette boutique vaisseau-amiral, Tesla avait une exclusivité qui est le signe le plus concret de sa stratégie : l’exposition des Powerwall 2 sur l’un des murs, séparés de quelques mètres seulement des panneaux solaires produits par l’entreprise depuis le rachat de Solar City. C’est la première fois qu’un Powerwall s’affiche en France et le signe que Tesla veut se présenter comme une entreprise de l’énergie qui va du logement à la mobilité. L’idée à terme est d’avoir une habitation qui produit sa propre électricité grâce à des panneaux solaires, la stock dans un ou plusieurs Powerwall et recharge une Tesla avec cette énergie.

En attendant, les curieux pourront comprendre qu’il ne s’agit pas d’un futur lointain en réservant sur place leur équipement — Tesla se chargera, avec des électriciens formés, de l’installer dans un second temps. Pour rappel, un Powerwall coûte 7 000 € et l’installation va de 900 à 2 000 € selon la complexité de l’installation de la maison à laquelle il doit se greffer. Les panneaux solaires arriveront en revanche plus tard, tout comme les tuiles solaires qui commencent à peine à être installées aux États-Unis.

La Model 3 sera exposée

Côté véhicules, la boutique Tesla est prévue pour accueillir trois modèles d’exposition — deux Model S et une Model X, puis, au premier semestre 2019, une Model 3. La face cachée de l’iceberg est un parking souterrain où sont stockés d’autres véhicules qui pourront servir aux clients parisiens pour des essais. Bref, cet espace a pris la notion de showroom au pied de la lettre et entend convaincre dans la capitale de la mission que s’est donnée l’Américain.

Tesla ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Après l’ouverture au public le 21 mars de la boutique boulevard Malesherbes, ouvrira la semaine prochaine une autre boutique importante : celle de Marseille, dans le centre commercial du Prado. Ces deux ouvertures porteront le réseau commercial de Tesla à 13 boutiques et centres techniques.

Et déjà, dans la boutique parisienne encore fermée au public, les passants n’hésitaient pas à pousser les portes, attirés par les véhicules. Pari gagné ?

Partager sur les réseaux sociaux