La fondation Mozilla propose depuis la mi-novembre une mise à jour de Firefox. Baptisée Quantum, celle-ci rend le navigateur bien plus véloce qu'autrefois. À cette occasion, quelques indicateurs ont été communiqués pour montrer l'ampleur de la transformation.

Vous l’avez sans doute appris dans la journée du 14 novembre si vous lisez l’actualité numérique : Firefox 57 est maintenant disponible au téléchargement. Surnommée Quantum afin de bien marquer l’importante évolution technologique survenue dans les entrailles du navigateur web, cette nouvelle version est clairement plus réactive que ce à quoi Mozilla nous avait habitué jusqu’alors.

Disons-le tout net : si vous avez décidé il y a plusieurs années de quitter Firefox pour un concurrent (on suppose Google Chrome, ce que font visiblement beaucoup d’internautes vu la progression rapide de sa part de marché ces dernières années) parce que le navigateur de la fondation vous paraissait balourd, vous devriez vraiment reconsidérer votre position.

Ou, au moins, laisser une chance à Firefox Quantum. Car non seulement le navigateur a fait de réels progrès dans la manière d’afficher rapidement le contenu des pages web mais il laisse aussi une empreinte bien moins marquée sur les ressources de votre terminal, qu’il s’agisse d’un ordinateur ou d’un appareil mobile. Rien d’étonnant lorsque l’on remanie le code et que l’on tire mieux parti des machines modernes !

Mais il faut parfois en passer par quelques indicateurs chiffrés pour mieux percevoir tout le chemin parcouru. Aussi la fondation Mozilla a-t-elle partagé quelques chiffres qui, selon elle, reflètent l’ampleur de la tâche. On apprend ainsi que depuis la version distribuée le 6 août (Firefox 55), 700 personnes ont contribué au code de Firefox, tandis que 80 autres individus ont participé à son développement.

4 888 199 nouvelles lignes de code

Concrètement, depuis le lancement du projet Quantum en 2016, il a fallu procéder à l’ajout de 4 888 199 lignes de code, à la modification de 6 886 199 autres et au changement de 75 342 fichiers. Du côté de la résolution des bugs, Mozilla dit en avoir ciblé 369 concernant la réactivité et la performance du navigateur, tandis que 1 190 bugs corrigés affectaient, à des degrés divers, l’expérience utilisateur.

Mais le chiffre le plus important, en tout cas du point de vue de l’utilisateur, c’est celui-ci : « d’après les tests de performance réalisés par notre armée de Mozilliens, voici un chiffre encore plus intéressant : le nouveau Firefox tourne environ 2 fois plus vite que la version précédente. Ce n’est pas définitif. Ni entièrement vérifié. Mais certainement plus rapide ». Les mesures vont en tout cas dans ce sens.

À lire sur Numerama : Firefox Quantum  : 5 questions sur la transformation du navigateur

Partager sur les réseaux sociaux