Dès la mi-septembre, le multi-processus sur Firefox sera activé dans le navigateur de bien plus d'utilisateurs. Les retours sont très encourageants : les gains en réactivité s'avèrent particulièrement élevés.

Un navigateur qui suit les principes du logiciel libre, c’est bien. Mais un navigateur qui respecte les principes du logiciel libre et qui en plus se montre extrêmement stable et réactif à l’usage, c’est mieux. Voilà donc la raison pour laquelle Firefox est en train de se diriger dans une nouvelle voie, le multi-processus, un mode de fonctionnement qui devrait très bientôt chambouler en profondeur la manière dont les internautes profitent du navigateur web.

Mais le multi-processus, qu’est-ce que c’est ?

Au lieu de faire en sorte que la totalité des traitements soit effectuée au sein d’un seul processus, comme le fait actuellement Firefox, une séparation est réalisée en fonction de ce qui est en jeu. C’est ce que font par exemple des navigateurs comme Google Chrome ou Microsoft Edge et c’est ce que veut faire Firefox, en commençant par séparer le contenu du navigateur (ses processus UI).

Rouages
CC Jarosław Puszczyński

En scindant le processus principal, l’idée est de donner à Firefox un dynamisme accru et un fonctionnement moins exposé à certains aléas (plantages, ralentissements, blocages…). « Concrètement, en se rendant sur une page Web consommant une part importante de la capacité de traitement de l’ordinateur, les onglets, boutons et autres menus ne seront plus verrouillés », relève Mozilla.

Pour cela, la fondation a un projet : Electrolysis (ou e10s, son autre nom). Il a fait ses débuts (encore timides) avec la version 48 de Firefox ; en effet, seule une toute petite poignée d’internautes (1 %) y a accès. Mais à partir de la mi-septembre, le parc d’utilisateurs qui pourra en bénéficier va être multiplié par dix, afin d’atteindre 10 %. C’est le cap que s’est fixé Mozilla pour la rentrée.

Il est prévu de proposer le multi-processus à un utilisateur Firefox sur dix dès la mi-septembre

Au fil des semaines et des mois à venir, la fondation prévoit d’élargir ce pourcentage de façon à ce que la totalité des utilisateurs de Firefox profitent du multi-processus. Dans le même temps, il est prévu d’améliorer le fonctionnement de ce mode à mesure que les versions de Firefox s’enchaîneront. En incluant Firefox 48, qui a donné le coup d’envoi du projet Electrolysis, cinq autres mises à jour de Firefox seront utilisées pour améliorer le confort de navigation.

Avec Firefox 49, qui doit arriver à la mi-septembre, l’activation du multi-processus se fera avec une sélection d’add-ons dont le fonctionnement est compatible. Firefox 50 et 51 se concentreront sur le « bac à sable » (sandboxing) et l’ouverture à davantage d’add-ons. Pour Firefox 52 et 53, l’objectif sera de déployer le multi-processus au niveau des contenus.

Ce sera long, mais le jeu en vaut la chandelle. D’abord parce que le multi-processus n’est pas utilisé par hasard par Chrome et Edge : les deux navigateurs ont prouvé leur réactivité grâce à ce mode de fonctionnement. Ensuite parce que les retours pour Firefox sont très bons : on parle d’une amélioration de 400 à 700 % en termes de réactivité au moment du chargement des pages.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés