Uber va abandonner sa fonctionnalité controversée qui lui permettait de localiser ses clients jusqu’à 5 minutes après la course.

Vous utilisez Uber pour effectuer certains de vos déplacements en ville ? Sachez que l’application mobile ne vous pistera plus pendant les quelques minutes qui s’écoulent après l’instant où vous avez été déposé par votre chauffeur. C’est ce qu’a annoncé ce mardi 29 août Joe Sullivan, le responsable de la sécurité chez l’entreprise de VTC, à Reuters. Le changement s’appliquera sur Android et iOS.

Rappel des faits. Depuis la fin novembre, Uber se permettait de recueillir des données sur la position géographique de ses clients, même lorsque l’application n’était pas active, pendant une durée de cinq minutes après l’arrivée à destination. L’entreprise justifiait ce suivi par la nécessité de s’assurer que les chauffeurs déposent les clients au bon endroit et dans des zones sûres, pour ne pas traverser la route par exemple.

Les explications avancées par l’entreprise pour défendre cette mise à jour n’avaient toutefois pas fait mouche, les associations de défense des libertés individuelles dans l’espace numérique, comme la puissante Eletronic Frontier Foundation, estimant plutôt qu’elle dépossédait les utilisateurs de la faculté d’avoir le contrôle sur le partage de la localisation.

À notre confrère, Joe Sullivan a dit reconnaître qu’Uber n’avait pas correctement géré la situation.

La société de VTC aurait mal expliqué l’intérêt de ce suivi pour ses clients, ce qui a causé en conséquence une levée de boucliers. Chez Uber, on semble interpréter la résistance à cette mise à jour comme un problème de pédagogie, qui aurait dû être forcément réglé si les choses avaient bien été détaillées, et non pas un souci de conception se répercutant sur la vie privée des utilisateurs.

Un problème de pédagogie ?

Comme si, au fond, tout le monde ne pouvait être que d’accord avec ce changement et que le seul enjeu se trouvait dans l’éducation des utilisateurs pour leur montrer à quel point ce changement était formidable.

Curieux, surtout que Joe Sullivan a admis au cours de la même interview que sa société souffrait « d’un manque d’expertise » dans les sujets relatifs à la vie privée. Quoiqu’il en soit, Uber n’avait de toute façon guère le choix : avec l’arrivée prochaine d’iOS 11, Apple va donner un tour de vis sur les applications qui permettent de suivre les utilisateurs même quand elles sont fermées.

Partager sur les réseaux sociaux