Le New York Times utilise désormais un outil de Google pour aider son équipe de modérateurs à examiner les commentaires. Fonctionnant à l'aide du machine learning, ce modérateur est déjà capable d'examiner 20 % des contenus.

En février 2017, Google lançait Perspective, un outil capable d’identifier les commentaires haineux ou agressifs grâce à l’intelligence artificielle. L’entreprise continue de travailler sur la modération des commentaires en se lançant dans un partenariat avec le prestigieux New York Times. Son directeur de publication, Arthur Sulzberger Jr, avait déjà indiqué que le journal travaillait sur l’ouverture de nouveaux espaces de commentaires avec Google, rappelle The Verge.

Jusqu’à présent, les quatorze modérateurs du journal devaient approuver manuellement environ 12 000 commentaires par jour. Dans l’optique de simplifier leur tâche, le média s’est associé à Jigsaw, l’incubateur de Google, afin d’organiser les commentaires grâce au machine learning. Les commentaires sont triés en fonction de leur probabilité de contenir des éléments devant être modérés.

CC Flickr Florent Lamoureux

20 % de commentaires approuvés par l’outil

Bassey Etim, le community manager du New York Times, a fait savoir que le journal utilisait déjà ce modérateur et que l’équipe avait pu augmenter progressivement le nombre de commentaires examinés. 20 % des commentaires sont automatiquement approuvés de cette manière.

Des choix proches de ceux qu’auraient fait les modérateurs humains

Tout comme Perspective, ce modérateur classe les commentaires en fonction de leur ressemblance avec les précédents commentaires qui ont déjà été signalés. Ce qui n’empêche pas le New York Times de continuer à surveiller manuellement les commentaires : l’outil liste d’ailleurs les contenus qu’il juge controversés. Selon Bassey Etim, les choix fait par ce modérateur restent proches de ceux qu’auraient fait les employés.

Le journal espère profiter de ce nouvel outil pour ouvrir plus d’articles aux commentaires. À l’heure actuelle, écrit le journal sur son site, les commentaires ne sont ouverts que pendant vingt-quatre heures pour permettre une modération efficace.

Partager sur les réseaux sociaux