L'Oculus Story Studio, filiale de production VR de Facebook, va fermer ses portes. Le réseau social change complètement de stratégie sur le marché de la réalité virtuelle, pour se consacrer au soutien de projet plutôt qu'à la création.

Facebook change totalement de stratégie concernant la réalité virtuelle. En 2014, le réseau social de Mark Zuckerberg a investi plus de 2 milliards de dollars pour acquérir Oculus VR, la société qui produit le casque Rift. Il a ensuite créé un studio spécialisé, Oculus Story Studio, afin de produire du contenu original. Aujourd’hui, cette structure va finalement fermer ses portes pour concentrer l’investissement du groupe dans des projets externes.

« Nous avons essayé de trouver la meilleure façon d’utiliser nos ressources pour créer un impact sur l’écosystème  » a déclaré le vice président du contenu Jason Rubin, avant d’ajouter « Après mure réflexion, nous avons décidé d’arrêter de nous concentrer sur la création de contenu en interne pour soutenir plus de productions externes. Dans le cadre de cette évolution, nous allons fermer Story Studio. »

Cela dit, Facebook n’abandonne clairement pas la réalité virtuelle, Zuckerberg considérant toujours que cette technologie  « va devenir un élément du quotidien pour des millards de personnes » dans un futur proche. Un investissement de 50 millions d’euros sera ainsi dédié au soutien de projets narratifs et non jouables, en priorité par des artistes développant des idées innovantes et percutantes autour de la VR.

De la création à l’investissement

La société de production avait pourtant rencontré un joli succès d’estime grâce à ses trois créations majeures. La première expérience, sortie lors de la création du studio début 2015, s’appelait Lost et avait été présentée à Sundance. Elle a très vite été suivie par Henry, métrage animé racontant l’histoire d’un adorable hérisson qui a décroché un Emmy Awards l’année dernière.

Story Studio avait même développé un ambitieux programme de modélisation 3D, Quill, permettant de travailler directement à partir du casque Oculus Rift. Cette innovation avait permis la réalisation de Dear Angelica, une expérience vraisemblablement bluffante, si l’on en croit l’actrice Geena Davis, en larme devant ces 12 minutes d’animation.

Malheureusement, la fermeture du studio implique également l’abandon de tous les projets en cours de Story Studio. Parmi eux, Talking with Ghosts, une série de bandes dessinées en réalité virtuelle, qui avait été présentée au Tribeca Film Festival mais dont l’avenir est incertain, ainsi qu’une adaptation du livre The Wolves in the Walls de Neil Gaiman, que l’on attendait pour l’année prochaine.

Les 50 employés, dont certains avaient été débauchés de Pixar Animation, sont alors invités à postuler pour d’autres jobs chez Oculus. C’est un nouveau coup dur pour l’entreprise fondée par Palmer Luckey, qui s’est vu évincé de son poste de président fin mars dernier. Critiqué pour ses positions politiques pro-Trump, l’homme d’affaire s’était également vu accusé d’avoir violé un accord de confidentialité. Une erreur qui a couté 500 millions de dollars à Facebook.

Partager sur les réseaux sociaux