Avec Pulse, LinkedIn avait déjà tenté de se lancer dans la création et diffusion de contenus. Alors que Facebook et ses Instant Articles ou encore Medium parviennent à fidéliser leurs utilisateurs en devenant un canal d'informations, le réseau social professionnel tente également de se lancer dans le suivi de l'actualité.

LinkedIn poursuit sa mue : après avoir changé d’interface, le réseau social professionnel racheté par Microsoft en 2016 va déployer une fonctionnalité nommée trending storylines, soit les sujets à la une sur le réseau social. Toutefois à la différence de Twitter qui établit les trending topics automatiquement en fonction du nombre de tweets mentionnant le sujet, LinkedIn imagine sa fonctionnalité plus subtilement, en pariant notamment sur l’intervention de professionnels des médias pour réaliser une revue de presse utile.

Le réseau social de Microsoft insiste également sur la personnalisation de cet onglet trending, en expliquant que chaque utilisateur verra une sélection différente et adaptée à son propre parcours professionnel. Ainsi les profils travaillant dans les nouvelles technologies trouveront dans l’onglet une véritable revue de presse des grandes actualités de la tech.

Une curation chapeautée par un ancien journaliste

Pour parvenir à ce résultat, LinkedIn précise que sa fonctionnalité mêlera des algorithmes et l’intervention d’éditeurs de contenus qui sélectionneront les meilleurs traitements, sous la curation et la sélection de Dan Roth, ancien directeur de la rédaction de Fortune, Il sera également accompagné d’une vingtaine d’éditeurs.

Face à la multiplication de la désinformation ou du clickbait sur les réseaux sociaux, LinkedIn espère trouver là une formule qualitative et personnalisée pour des professionnels cherchant une source d’informations fiable et directement liée à leur milieu.

Pour son lancement, la section ne proposera aucun contenu sponsorisé, mais à l’instar de Google ou Twitter, le réseau pourrait rapidement chercher à monétiser cette section grâce à des mises en avant. La fonctionnalité sera d’abord déployée et testée aux États-Unis dès aujourd’hui avant d’arriver ailleurs si, bien sûr, son intérêt pour les professionnels se confirme.

Partager sur les réseaux sociaux