Lors d'une visite dans les DOM-TOM, le patron d'Orange a confirmé la mise en place d'un câble sous-marin de 5 Tbits/s pour 2018. Il connectera la Guyane, la Martinique et la Guadeloupe.

La Guyane, la Martinique et la Guadeloupe seront bientôt raccordées par un nouveau câble sous-marin. Profitant d’un déplacement dans les DOM-TOM, Stéphane Richard le patron d’Orange, a en effet annoncé la construction d’une nouvelle liaison en fibre optique entre ces trois régions ultrapériphériques.

Long de 1 900 kilomètres, il offrira une capacité maximale de 5 térabits par seconde ce qui permettra « d’anticiper la croissance du trafic », de « diversifier les points de connexion » et de « sécuriser davantage le trafic allant vers et depuis les États-Unis », explique l’opérateur dans son communiqué.

Le câble d’Orange s’interconnectera au passage avec le câble ECFS (East Caribbean Fiber System) qui relie quatorze îles des caraïbes dont les territoires français. Selon l’opérateur, l’interconnexion entre les deux câbles offrira un « lien direct » entre la Guyane et le continent américain.

Selon le site Submarine Cable Map, qui permet de visualiser sur une carte l’emplacement des câbles sous-marins, la Guyane ne bénéficie que d’une seule liaison de ce type, à savoir Americas-II, qui a été mis en place en 2000 et est longue de 8 373 kilomètres. Elle part de Floride, se connecte à plusieurs îles des Caraïbes ainsi qu’au Venezuela avant d’arriver au Brésil. Orange est l’un des propriétaires du câble.

Dans le cas de la Guadeloupe, deux câbles relient l’île au reste de la région : le câble GCN (Global Caribbean Network) et le câble ECFS. Quant à la Martinique, il y a les câbles ECFS, Americas-II et Southern Caribbean Fiber.

La construction du nouveau câble sous-marin coûtera 35 millions d’euros à Orange qui le financera sur ses fonds propres. L’opérateur précise qu’il « proposera des offres d’accès à ce câble à tous les fournisseurs d’accès Internet qui le souhaiteront ». Quant à la mise en service, elle est prévue pour le second semestre 2018.

Partager sur les réseaux sociaux