La forme de The Love est indescriptible et rappelle les aventureuses platines des années 1980. Entre le mange disque et le walkman, cet objet peu commun souhaite littéralement donner au vinyle les avantages de la musique numérique. Tout un programme.

Les chiffres du vinyle s’envolent et les constructeurs historiques de platines affichent un sourire et une confiance insolente en l’avenir. Le retour au noir, à la galette et ses sillons, ouvrent également à de nombreuses startups une opportunité de tenter de radicalement révolutionner la platine.

Car des premiers modèles aux derniers, chacun sait que les règles élémentaires de la platine n’ont que peu ou pas changé, pour des raisons évidentes : la platine n’a pas vocation à devenir un objet polyvalent ou sophistiqué, seulement à reconstituer avec fidélité et précisions les vibrations de son diamant.

De fait, l’innovation est bien plus souvent du côté de la qualité des composants ou des possibilités de réglages de vitesses, de stabilité, et de précision du bras, qu’il soit automatique ou non. De plus, en partant du principe que le vinyle est plus ou moins un marché de niche, les mélomanes n’ont pas la réputation de chercher le dernier gadget clinquant mais bien plus d’améliorer, coûte que coûte, l’extrême fidélité du son qu’ils trouvent dans les sillons de leurs précieuses galettes.

Une nouvelle demande à combler ?

Mais avec la démocratisation du retour au vinyle, des marques et des constructeurs commencent à s’intéresser à une nouvelle population qui n’a pas nécessairement la même culture et les mêmes aspirations que les amateurs de la première heure. Les néophytes de la galette sont une nouvelle cible qui construit une demande plus éclectique, et ces derniers sont par exemple plus nombreux à se concentrer sur les qualités esthétiques d’une platine que sur ses prouesses audio. Et c’est en partant de ce postulat que l’équipe derrière la Love a développé son produit qui échappe à de nombreux standards propres aux platines.

Exposée et soutenue par Coming Soon Tech, la Love est mue par une promesses audacieuse : réconcilier notre amour pour les vinyles avec nos (mauvaises) habitudes prises grâce à la numérisation de la musique. S’autoproclamant la première « platine intelligente  », le drôle d’engin semble oser un alliage relativement inédit entre plusieurs technologies qui intrigue.

Premièrement, la Love est une platine connectée qui nécessite de se connecter soit par Bluetooth, soit par Wi-Fi à votre smartphone. Et c’est seulement à travers l’application dédiée que vous pourrez contrôler la lecture de vos disques, ce qui permet au constructeur d’expliquer que grâce à ce fonctionnement, la Love offre des fonctionnalités dont on a pris l’habitude grâce à la musique numérique : le contrôle de la lecture avec pause ou non, le passage d’une piste à une autre en un clic et même la capacité de répéter une piste.

Génération iPod : Play, Pause, Skip

Pour les fidèles de la platine, ces fonctionnalités sont plutôt étranges. Plus habitués à voir tournoyer infiniment les faces de nos galettes sous le diamant, installé dans une posture quasi religieuse d’écoute où l’interruption d’un LP est sacrilège, le skip track ressemble à un crise de lèse-majesté. Mais pour les nouveaux venus, sauter une piste d’un album est quasiment élevé au rang de droit constitutionnel du consommateur, et il faut leur accorder que pour choisir une piste sur une galette, il faut avoir les yeux bien rivés sur les reliefs des sillons pour en connaître les débuts et les fins. Et avec une précisions chirurgicale, déposer le diamant, au millimètre près, sur les premières notes d’une chanson.

La Love promet donc de nous remplacer à cette tâche là, grâce à ce qu’on imagine être une grande base de données qui permettrait à l’application de connaître précisément nos disques et leurs pistes. D’un point de vue technique, la platine est également intéressante : elle ne possède pas de haut-parleur, mais un pré-ampli est intégré afin de numériser le signal analogique et le transmettre grâce au Wi-Fi ou au Bluetooth. L’équipe promet que des sorties analogiques seront quand même disponibles mais, si l’on regarde le design de la platine, on a du mal à comprendre où se placeront les fils lorsque la platine tournoiera au dessus d’un disque…

Enfin, pour ce qui est de la lecture, vous devez placer le disque sur un socle (deux sont fournis, pour assurer une vraie mobilité à l’engin) et ensuite déposer la Love, une sorte de gros galet brillant mais indéniablement réussi, sur le vinyle. Avant toute écoute, la Love va commencer par un scan du disque pour le reconnaître et en connaître les reliefs.

Les lignes délicates et organiques de l’objet ont été dessinées par Yves Béhar, qui a réussi à donner à l’appareil son ultime gage de modernité et laisse à cette Love une allure d’objet Hi-Fi non identifié qui est loin de déplaire.

La sortie et commercialisation de cette Love est attendue pour fin octobre 2017, pour 599 $ selon Coming Soon Tech, qui propose déjà aux intéressés de s’inscrire sur une mailing list d’early adopters. Malheureusement pour eux, aucun détail n’a été révélé concernant le prix de l’objet, ni même concernant la disponibilité du produit en dehors des frontières américaines.

Partager sur les réseaux sociaux