À l'heure des selfies et de la photo sur mobile, il existe un nouveau business pour redonner du charme à la photo. La startup Relonch s'y essaye.

Alors que les hommes sont désormais las des selfies pris en quelques secondes, il est peut être temps de retrouver le charme de la photographie d’antan… et ses frustrations. Vous vous souvenez des chambres noires et du temps nécessaire pour développer vos pellicules avant de finalement découvrir qu’elles sont ratées ? C’est bien de cette pratique dont nous parlons.

De fait, il existe aujourd’hui un véritable marché de niche consacré à la photo réenchantée. Un cliché que l’on paye parfois cher mais qui est en mesure de répondre au rêve de Nicéphore Niépce, l’inventeur de la photographie. Relonch fait partie de ces constructeurs premium qui tentent de redonner du sens et de la matière à la photo. Le concept de cette startup ? Vous faire attendre pour avoir LA photo, dans un monde où l’instantané est la norme.

12_red_top

 

Plutôt que de vendre un appareil, Relonch en a développé un à la location pour 99 $ par mois. Le client abonné peut utiliser un appareil atypique, dénué du moindre réglage possible comme d’un écran pour découvrir vos photos. En pratique, vous appuyez sur le déclencheur et c’est tout. Le reste est géré par la machine, l’appareil et une intelligence artificielle.

La photo prise est transférée vers le cloud de Relonch par 4G. Une fois présente sur le service, une IA va sélectionner la meilleure photo parmi vos clichés, la modifier et l’améliorer. Après 24 heures, vous recevrez enfin la photo : nette, belle et a priori plus réussie que si vous aviez été en charge du réglage.

En réalité, nous ne pouvons conseiller le Relonch, ni même lui garantir un avenir, mais cette idée un peu folle visant à réenchanter la photo nous plaît terriblement et nous amène à nous demander pourquoi les constructeurs d’appareils plus classiques ne prennent pas nos fantasmes de photos magiques plus au sérieux. Le marché est là, peut-être pas pour le Relonch, mais pour une photo numérique vraiment innovante, et infiniment plus mystérieuse que nos selfies.

La photographie premium n’en est en effet pas à son coup d’essai pour redonner à nos appareils cette magie un peu singulière et désuète. Le retour en force des Polaroïds, leurs couleurs à moitié brûlées, et leur développement en quelques minutes prouve que le public est prêt à retourner vers une photo plus charnelle et palpable à l’heure du selfie éphémère.

Le MirMir des Kardashian reposait sur un principe proche : payer cher pour un dispositif photographique capable de rendre les photos uniques, singulières et finalement immortelles.

La photo mortelle

Car le grand paradoxe de la photographie mobile est qu’elle a lentement et sûrement rendu nos photos bien moins intemporelles que les photos de nos grands-parents. L’expression « immortaliser une scène » est devenue surfaite, alors que nous prenons une dizaine de photos par jour pour qu’elles se perdent dans la masse de nos clouds, rien n’est devenu plus éphémère et mortel que nos photos numériques.

Pour preuve de cette transition, il n’est pas nécessaire d’aller chercher plus loin que dans les fonctionnalités de Facebook ou de Google « rappellent  » qu’il y a un an, vous avez pris cette photo. Ce qui nous amène généralement à réaliser qu’on l’avait oubliée.

Partager sur les réseaux sociaux