John Deere présentera au SIMA 2017 son premier prototype de tracteur électrique à forte puissance. L'engin a déjà été récompensé par un prix.

En parallèle du Mondial de l’Agriculture très médiatisé, se tient tous les deux à Paris un autre salon consacré aux techniques agricoles. Ce mondial des Fournisseurs de l’Agriculture et de l’Élevage (SIMA) est l’occasion pour les entreprises de présenter leurs dernières technologies qui équiperont les agriculteurs et les éleveurs de demain. Il y a deux ans, les allées du salon étaient remplies de drones pour la surveillance des parcelles et de tracteurs à conduite autonome — une pratique déjà bien implantée sur les champs, même si elle se déploie à peine sur les routes.

sesam

Cette année, c’est le tracteur électrique qui pourrait avoir le vent en poupe. Avec son tracteur SESAM, l’entreprise John Deere a par exemple déjà remporté l’un des prix attribués en avance par le jury du SIMA. SESAM est le premier tracteur de « forte puissance » qui est entièrement propulsé par un moteur électrique. L’entreprise promet que toutes les tâches qu’un tracteur traditionnel effectue peuvent être réalisées par cet engin d’un genre nouveau. L’appareil est en effet équipé de deux moteurs : l’un est dédié à la traction et l’autre au bras qui porte les charges. Les deux moteurs peuvent s’associer pour amplifier la puissance attribuée à l’une des tâches au détriment de l’autre.

John Deere affirme que le prototype SESAM permet à un ouvrier agricole de travailler pendant 4 heures sans interruption ou de parcourir 55 km sur route — pour un temps de charge total de la batterie de trois heures. Comme les voiture électriques, le tracteur est également équipé d’un système de récupération d’énergie dans les dénivelés et n’a pas de perte énergétique quand il est à l’arrêt.

Le tracteur électrique, vers une agriculture carbone neutre ?

Au-delà de l’économie en carburant que pourrait faire un professionnel sur le long terme, c’est surtout une agriculture parfaitement écologique que ce genre d’engin entrevoit. En effet, les grandes exploitations agricoles ont par essence de larges surfaces exploitables pour installer des générateurs d’électricité basés sur les énergies renouvelables, qu’il s’agisse d’éoliennes ou de panneaux solaires. Ainsi, avec ces technologies savamment utilisées, l’agriculteur du futur pourrait arriver à devenir autonome en termes d’énergie et arriver à un bilan neutre du côté des émissions de carbone.

Partager sur les réseaux sociaux