Google augmente le montant maximal de la récompense qui sera versée à celui ou celle qui piratera le Chromebook.

Google est particulièrement friand de son programme de chasse aux bugs. Avec cette initiative, le groupe américain peut en effet compter sur l’expertise des spécialistes en sécurité informatique qui, attirés par la perspective de toucher une récompense plus ou moins élevée selon la gravité de leur découverte, se mettent à traquer la moindre faille dans les produits de la firme de Mountain View.

chromebook
Un Chromebook.

Pour l’entreprise, c’est un investissement particulièrement judicieux et franchement indispensable : il vaut mieux en effet que l’entreprise dépense quelques centaines de milliers d’euros dans ce programme, afin d’agir en amont sur les brèches de ses services, plutôt que d’attendre qu’elles soient exploitées par un tiers malveillant, ce qui lui coûterait bien davantage, ne serait-ce qu’en termes d’image.

Mais pour bénéficier de la compétence de ces experts, encore faut-il qu’ils jouent le jeu. Or du point de vue de Google, les preuves de concept censées illustrer la fragilité de tel ou tel produit ne sont pas toujours au niveau. Pour le Chromebook, aucune des propositions de hack n’a pour l’instant montré la possibilité de le pirater à distance, via le mode invité.

100 000 dollars si une faille sérieuse est repérée dans le Chromebook

Est-ce parce que ce PC est excellemment bien conçu, au point de n’offrir aucune prise pour une personne mal intentionnée ? Ou bien est-ce parce que les meilleurs spécialistes ne se sont pas penchés sur la question ? Il faut croire que c’est plutôt le deuxième scénario qui se joue, puisque Google a décidé de relever le montant de la récompense qui sera versée à celui ou celle qui parviendra à hacker le Chromebook.

Désormais, toute personne qui parviendra à compromettre durablement la sécurité du Chromebook via le mode invité et à distance recevra un chèque de 100 000 dollars. C’est deux fois plus que le montant qui était auparavant offert et qui n’a jamais été remporté. Cela suffira-t-il à relancer l’engouement des bidouilleurs pour tenter de contourner les barrières de sécurité mises en place par le groupe américain pour limiter les dégâts en cas de piratage ? Cela reste à voir.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés