HTC est sorti de l'ombre en s'imposant sur le marché des smartphones haut de gamme. En difficulté face aux géants coréens et chinois, la firme a essayé de se diversifier depuis 2014. Depuis 2015, le Taïwanais se lance dans le marché des casques de réalité virtuelle avec son Vive.

L’ère Windows

À sa création, HTC — High Tech Computer Corporation — se contentait de distribuer ses produits sous d’autres marques. C’est après le rachat de Qtek et Dopod que HTC décide de vendre ses produits sous son propre nom.

HTC a commencé à connaître une forte croissance dès 2005 lorsque Microsoft le choisit comme partenaire afin de développer son système d’exploitation Windows Mobile en l’intégrant sur des smartphones. Les ventes augmentent alors de 102 % par rapport à l’année précédente.

Android et la chute

En 2008, HTC est le premier constructeur à développer un smartphone sous système d’exploitation Android, le HTC Dream ou HTC G1, suivi de près par le G2, nommé Magic. En 2010, Google se tourne encore une fois vers le constructeur taïwanais pour la réalisation de son smartphone fer de lance, le fameux Google Nexus One qui va véritablement lancer Android dans le haut de gamme.

Et pourtant, la concurrence étant impitoyable entre les constructeurs, notamment avec l’arrivée des Chinois sur le marché, en 2015, pour pallier des résultats décevants, HTC annonce la suppression de 2250 postes représentant près de 15 % de la masse salariale. Si HTC ne trouve plus ou peu le succès sur le marché des smartphones en développant des produits sous son propres nom, le taïwanais reste occupé à construire pour d’autres. HTC mise désormais sur le marché de la réalité virtuelle et s’y faire une place : c’est lui qui a mis au point le Vive, un kit complet de réalité virtuelle en partenariat avec Valve.

 

Partager sur les réseaux sociaux