SpaceX vient de remporter une mission importante, un mois seulement après s'être ouvert aux missions militaires : la mise en orbite de la navette X-37B de l'armée de l'air américaine. L'entreprise d'Elon Musk devance ainsi Boeing et Lockheed Martin, dont elle avait attaqué le prétendu monopole en justice en 2014.

On s’attendait à ce que la première mission de SpaceX pour l’armée de l’air américaine (l’Air Force) consiste à envoyer un satellite GPS dans l’espace en 2018. Mais l’entreprise d’Elon Musk le fera finalement dès l’envoi d’une navette spatiale sans équipage au mois d’août 2017. L’Air Force en a fait l’annonce surprise ce mardi 6 juin alors que ce type d’annonce se fait généralement 2 ans avant la date de lancement.

Il s’agit en tout cas d’une étape importante pour SpaceX, alors que ces missions étaient jusqu’ici réservées au lanceur Atlas V de l’United Launch Alliance, le consortium qui réunit Boeing et Lockheed Martin.

En 2014, SpaceX avait entamé une procédure judiciaire pour dénoncer ce qu’il considérait comme un monopole : l’entreprise s’en trouve aujourd’hui récompensée en héritant de ce lancement aux contours encore mystérieux. Un geste à connotation « patriotique » puisque l’United Launch Alliance utilisait notamment des moteurs d’origine russe sur l’une de ses fusées.

falcon-spacex
CC SpaceX

Le virage militaire de SpaceX récompensé

SpaceX est donc chargé du lancement en orbite, à l’aide de sa fusée Falcon 9, du X-37B, une navette dont la mission reste mystérieuse. L’armée de l’air se garde bien de révéler le moindre détail sur son rôle précis, alimentant les spéculations sur son usage à des fins de reconnaissance ou pour nuire à certains satellites.

Elle n’a pas non plus expliqué pourquoi elle a soudainement préféré SpaceX à l’United Launch Alliance, qui pouvait pourtant se targuer d’avoir lancé les 4 dernières missions du X-37B et d’une grande réussite depuis 2002. L’armée de l’air dispose de deux modèles de X-37B, dont l’un a passé une année en orbite avant de rejoindre la Terre en 2012, afin d’accomplir des objectifs là encore gardés secrets.

Les deux missions suivantes — mais conclues avant celle du X-37B — de SpaceX pour l’armée de l’air américaine auront lieu à compter de 2018 avec l’envoi successif de satellites GPS d’une valeur de 83 et de 96 millions de dollars. SpaceX s’est ouvert aux missions militaires en mai 2017, avec la mise sur orbite du satellite espion NROL-76.

Partager sur les réseaux sociaux