Les EAU se donnent 100 ans pour construire une ville scientifique internationale sur la planète rouge.

En 2017, si l’on nous demandait de nommer un pays capable d’investir suffisamment d’argent dans la réalisation d’un projet démesuré, on citerait sans mal les Émirats Arabes Unis. Il n’y a qu’à voir les tours construites à Dubai ou à Abu Dhabi pour s’en convaincre : les émirs aiment aller toujours plus haut dans le ciel. Et cette fois, leur projet pourraient même percer l’atmosphère. En effet, le premier ministre des Émirats Arabes Unis, Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, a affirmé sur Twitter qu’il souhaitait construire une petite ville sur Mars à l’horizon 2117.

Contrairement à d’autres projets qui sentaient le pipeau à plein nez (coucou Mars One), la temporalité de Mars 2117 semble plutôt réaliste. En effet, si on estime que les premières fusées peuvent atterrir sur la planète rouge entre 2020 et 2030 et que les fusées habitées peuvent suivre, il est envisageable qu’une colonie martienne sommaire se soit étendue d’ici 2117, soit dans 100 ans.

L’idée des Émirats Arabes Unis est d’autant plus intéressante qu’elle n’est pas une colonisation nationaliste, comme l’ont été à peu près toutes les conquêtes humaines dans l’histoire. Au contraire, le premier ministre insiste sur la coopération internationale autour du projet, qu’il décrit comme une « graine qu’il faut planter aujourd’hui récolter le fruit cultivé par de nouvelles générations animées par une passion pour la science et l’avancée du savoir humain ». Il souhaite que le projet puisse être utilisé par des scientifiques des Émirats, mais également du monde entier.

Aurait-on trouvé le premier client d’Elon Musk ? Le milliardaire, fondateur de SpaceX, a affirmé plusieurs fois que sa société n’était qu’un maillon de la chaîne de l’exploration spatiale. Il la voit volontiers comme une entreprise de transport au service d’autres sociétés ou états.

Partager sur les réseaux sociaux