Le centre national d'études spatiales fait décoller aujourd'hui en Guyane le satellite Microscope, qui a pour objectif de tester le principe d'équivalence sur lequel repose la théorie de la relativité générale d'Albert Einstein.

Mise à jour — Le CNES signale que le vol est reporté de 24 heures à cause de conditions météorologiques défavorables.

C’est ce vendredi soir que le centre national d’études spatiales (Cnes) va mettre en orbite le satellite français Microscope, qui aura pour mission de vérifier si le principe d’équivalence, sur lequel repose la théorie de la relativité générale formulée par Albert Einstein, s’applique toujours à une échelle extrêmement faible (de l’ordre de 10-15). Le décollage aura lieu à 23h02, heure de Paris.

Le principe d’équivalence énonce que tous les corps chutent dans le vide à la même vitesse, quelle que soit leur masse ou leur composition. Il a été déjà été vérifié à un degré de précision particulièrement élevé (10-13). Si ce principe d’équivalence est pris en défaut, ce sera alors un bouleversement en physique.

Vue d'artiste du satellite Microscope. Cnes
Vue d’artiste du satellite Microscope.
Cnes

Ce principe est « mis à l’épreuve car les nouvelles théories – qui cherchent à concilier la gravitation avec les autres interactions fondamentales (électromagnétique et nucléaire) –  prédisent qu’il pourrait être violé à un niveau très faible », fait savoir le Cnes. D’où la nécessité pour les scientifiques de repousser toujours plus loin le niveau de précision des mesures.

Le tir de la fusée Soyouz-STA Fregat-M, qui aura pour rôle de mettre en orbite le satellite, aura lieu à 23h02 (18h02 heure locale). La séquence pourra être suivie en direct sur le site du Cnes, qui démarrera un programme spécial à partir de 22h15.

 

À lire sur Numerama : Un satellite français va tester la relativité générale d’Albert Einstein

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés