La récupération du télescope spatial Hitomi est rendue difficile par le fait que le satellite a perdu certains de ses panneaux solaires, révèle l'agence japonaise.

Les nouvelles ne sont pas bonnes pour Hitomi, le télescope spatial mis en orbite en février par l’agence d’exploration aérospatiale japonaise (Jaxa). Pas bonnes du tout. Le dernier point de situation donné par Takashi Kubota, le directeur du programme à la Jaxa, indique que le satellite « a perdu des panneaux solaires », privant Astro-H — son autre nom — d’une source d’alimentation normale.

Il explique que « Astro-H a mal analysé sa propre situation et a tenté par erreur de rectifier son attitude, mais il s’est mis à tourner anormalement et a perdu des panneaux solaires et vraisemblablement d’autres morceaux », ce qui l’empêche de se stabiliser et de maintenir une communication stable avec les contrôleurs au sol. Pour l’instant, seul un bref signal a été capté à trois reprises.

Hitomi a perdu des panneaux solaires

Et Takeshi Kubota d’ajouter « qu’il continue de tourner vite. Ses batteries ne sont pas rechargées. Nous ne connaissons pas son état exact, faute de pouvoir dialoguer avec lui […]. Nous travaillons actuellement pour essayer de garantir une alimentation électrique afin de rétablir une communication », étape essentielle pour essayer de sauver ce qui reste de Hitomi et l’affecter à ses missions d’analyse de l’univers.

Ciel étoilé

Le programme initial paraît toutefois extrêmement compromis. Il y a dix jours, la Jaxa a admis « qu’en l’état actuel, nous estimons que les observations auront du mal à être effectuées comme prévu ». Même si le satellite est repris en main par l’agence, les dégâts qu’il a subi ont pu rendre certains instruments inopérants. Ce serait une très mauvaise nouvelle pour la communauté scientifique.

Prévu pour évoluer en orbite terrestre basse, le satellite Astro-H devait faire la démonstration de son savoir-faire dans l’étude des rayons X en apportant ses capacités d’observation pour l’étude de la structure de l’univers, allant de la matière noire aux trous noirs supermassifs, en passant par les amas de galaxies et  sans oublier les phénomènes non thermiques.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés