Des chercheurs de l'Université de Southampton ont mis au point un procédé pour enregistrer jusqu'à 360 To de données sur un disque en verre de la taille d'une pièce de monnaie. Les données stockées sur ce support pourraient être accessibles pendant 13,8 milliards d'années.

La préservation et la transmission des connaissances est une problématique qui a préoccupé l’humain depuis la nuit des temps. La création humaine est fragile, elle s’altère avec le temps et sa survie est soumise aux aléas des guerres et des catastrophes naturelles.

Récemment, le conflit en Syrie a conduit à la destruction d’une partie incroyable du patrimoine mondial, mais l’humanité a connu des pertes massives à toutes les époques. Lors du séisme de 1755 à Lisbonne, plus de 70 000 volumes de la bibliothèque royale furent perdus à jamais, ainsi que des centaines de peintures majeures. Aujourd’hui, la conservation des œuvres d’art demande de nombreux efforts aux institutions, mais c’est une course perdue d’avance dans la mesure ou le temps aura forcément raison des supports physiques.

5dglass

La numérisation des œuvres est une solution pour faire face à l’altération ; cependant, les supports numériques ne sont pas épargnés par les affres du temps. Ils sont sujets aux griffes et, exposées à l’humidité et à la chaleur, les données finissent par être corrompues. Mais des chercheurs de l’Université de Southampton, en collaboration avec l’université technique d’Eindhoven ont mis au point un procédé de stockage qui aurait une durée de vie virtuellement illimitée.

Une capacité colossale et une durée de vie quasiment illimitée

En encodant l’information au sein de nanostructures contenues dans du verre, les chercheurs ont réussi à stocker 360 To sur un disque pas plus gros qu’une pièce de monnaie. À titre de comparaison, c’est 3 000 fois plus qu’un Blu-ray qui peut stocker jusqu’à 128 Go de données — de quoi ravir tous les adeptes de téléchargement légal.

Mais en plus de proposer un stockage colossal, le support de stockage conçu par les chercheurs devrait toujours être accessible dans 13,8 milliards d’années ; à condition d’être conservé à une température inférieure à 190 degrés. On ne sera cependant pas là pour vérifier si leurs estimations étaient correctes.

Un cristal de mémoire

« C’est très excitant de savoir que nous avons créé une technologie capable de préserver les documents et les informations afin de pouvoir les transmettre aux générations futures  » s’enthousiasme le professeur Peter Kazanky dans un communiqué de l’université, avant de rajouter que « cette technologie a le potentiel de sécuriser les dernières traces de notre civilisation : tout ce que nous avons appris ne sera pas perdu ».

Pour réaliser cette prouesse, les chercheurs ont utilisé un laser femtoseconde afin d’enregistrer et de récupérer des informations stockées sur le support en cinq dimensions. Les variations dans l’orientation, la taille et la position du laser sur les axes x, y et z, changent la manière dont se réfléchit la lumière sur le support. Ces modifications peuvent être interprétées pour obtenir des informations.

Comparé au cristal mémoire utilisé dans Superman, cette nouvelle technologie a déjà été utilisée pour créer des copies éternelles de la Bible du roi Jacques, le traité Opticks d’Isaac Newton et La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés