Les Allemands ne plaisantent pas avec la représentation des nazis, ce qui a amené Bethesda à censurer son Wolfenstein 2: The New Colossus. Notamment une séquence clef.

En Allemagne, la législation ne plaisante pas avec la représentation de tous les symboles liés au nazisme (elle est autorisée sous certaines conditions éducatives et artistiques). On peut aisément le comprendre d’un point de vue moral, mais il n’empêche que cela impose certaines restrictions et censures à des éditeurs comme Bethesda, qui articule par exemple sa licence Wolfenstein autour d’une destruction virtuelle des soldats du Reich dans un contexte fictif où ils auraient gagné la Seconde Guerre mondiale. Dans le cas de Wolfenstein II : The New Colossus, il y a donc certains passages altérés. Notamment un en particulier. Attention spoiler.

Censure obligatoire

Vers la fin du jeu, le héros de Wolfenstein II : The New Colossus fait la rencontre d’Adolf Hitler en personne, un Adolf Hitler vieux, fatigué et très parano. Dans la version allemande (comparée en vidéo via la chaîne Censored Gaming), cette séquence clef n’a pas du tout le même visage. La figure historique non plus d’ailleurs puisqu’elle y apparaît sans sa moustache (comme si on n’allait pas le reconnaître…). Certains dialogues sont également modifiés pour ne pas heurter les sensibilités : par exemple, le Heil Hitler est remplacé par un Heil Kanzler. Et, bien sûr, tous les symboles nazis ont été retirés.

Ces modifications obligatoires peinent néanmoins certains joueurs, qui déplorent une censure allant au-delà de la simple suppression de symboles interdits. L’un d’entre eux, Allemand, explique sur Reddit, «  Le pire c’est que les gens continuent de justifier la censure en disant ‘Ils ont juste retiré les symboles’. Mon dieu, non. Ils nous privent d’une grande histoire en supprimant l’incroyable doublage (anglais et allemand) et en le remplaçant par quelque chose qui modifie bêtement la narration et la transforme en un non-sens […]. Et vous savez quoi ? Si le jeu n’était pas basé sur une histoire alternative, cela pourrait être perçu comme du négationnisme vis-à-vis de l’holocauste  ». Mais Bethesda n’a pas le choix.

Partager sur les réseaux sociaux