Ce jeudi 8 septembre, l'historique Allociné dévoile son nouveau service complémentaire à celui qui a fait son succès : un guide avec catalogue pour accéder rapidement aux œuvres disponibles en VOD et SVOD.

CanalPlay et Netflix cumulent en France un peu moins de deux millions d’abonnés et 4 millions d’œuvres sont consommées en VOD chaque mois dans l’hexagone : en somme les chiffres tendent à prouver que le cinéma dématérialisé a trouvé une place dans nos consommations. Or, l’historique site Allociné, connu pour ses programmes pour les salles obscures ne s’intéressait pas encore à ces nouveaux catalogues : le pas a été franchi cette rentrée.

En effet, Webedia annonce avoir créé pour Allociné une application, Allociné Home, destinée aux smartphones pour guider le consommateur dans sa recherche de films et séries disponibles sur les services auxquels il est abonné, et également en VoD. En somme, Allociné reprend son rôle de programme pour les salles pour nos nouveaux supports culturels. Car si l’offre tend à s’étoffer, les catalogues sont souvent paradoxaux, incomplets et il faut souvent en parcourir plusieurs lorsqu’il s’agit de trouver une œuvre en particulier.

Pour la SVoD, le problème est différent : les abonnés ont généralement un seul abonnement et l’interface a déjà ses fonctionnalités de recommandation mais les fonctionnalités communautaires, ainsi qu’une interface déportée laisse penser à Allociné que les abonnés se tourneront vers le service.

netflix

Quant à la VoD, l’avantage d’un catalogue unique est assez évident pour se retrouver dans des catalogues souvent fragmentés et très différents, d’Arte VOD à TF1. Il y a une offre particulière sur laquelle le consommateur peut se perdre. Or un catalogue par titre indiquant les disponibilités de chaque œuvre donne du sens à cette application compagnon.

Screenshot_2016-09-08-10-40-50-323_com.allocine.home

Dans le même type, on connait également JustWatch, qui réunit également par titre les séries et les films disponibles sur les plateformes françaises. Néanmoins son orientation très américaine manque, en hexagone, de contenus éditorialisés pour trouver des choix pertinents. En somme, un guide des salles obscures dématérialisé a encore du sens dans un marché qui ne cesse de croître et pour lequel de nouveaux acteurs se préparent.

Et pour se retrouver chaque mois avec une sélection de nos conseils pour la SVoD : pensez à consulter notre tag le meilleur de la SVoD.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés