Les Dissociés est un film français à la distribution somme toute inhabituelle : Golden Moustache a diffusé le film du groupe Suricate uniquement sur YouTube. Et gratuitement.

On le remarque de plus en plus aujourd’hui : la chronologie du cinéma se fait bousculer par de nouveaux acteurs et de nouveaux principes de rémunération. Récemment, on a par exemple pu voir Netflix proposer en même temps son film Beasts of No Nations sur sa plateforme et dans les salles obscures. Ce mardi 24 novembre, c’est une autre tentative qui a débarqué sur le web français : celle de Golden Moustache, l’une des chaînes Youtube de M6, avec le groupe d’humoristes Suricate qui a diffusé Les Dissociés en direct-to-YouTube. Le tout, gratuitement.

L’heure et quart que dure le long-métrage est visible sans le moindre paywall et à l’heure où nous écrivons ces lignes, la vidéo a cumulé 1,2 millions de vues. Si on en croit différents témoignages d’utilisateurs et d’experts, une vue YouTube est déclenchée après 30 secondes de visionnage à peu près, ou plutôt, au moment où YouTube considère que le spectateur est engagé dans la vidéo. Si la vidéo est plus longue, le compteur s’incrémentera un peu plus loin. Cela signifie que les vues réelles des Dissociés ne sont probablement pas aussi hautes que le chiffre indiqué, mais même si on les divise de moitié, la prouesse est remarquable : le meilleur lancement français au cinéma cette année, Les Profs 2, n’a attiré que 310 000 personnes lors de sa sortie, comme le rappelle le Huffington Post.

Bien entendu, le raccourci qui dirait que Les Dissociés fait mieux que la plupart des films français sortis est facile à emprunter et conduirait à une analyse incorrecte de la situation : c’est une chose de payer autour de 9 € une place de cinéma et de regarder un film jusqu’au bout, c’en est une autre de cliquer sur le bouton Play de YouTube, chez soi, sans débourser un centime. Et c’est là que le modèle des Dissociés devient intéressant : Golden Moustache a tout misé sur le placement produit et la publicité en complément d’une diffusion sur W9 dans un deuxième temps.

Est-ce que l’audience regardera le film en entier ?

Vous pourrez donc voir des objets utilisés par les acteurs ou dans le décor qui ont été choisis après que la production a signé des contrats publicitaires avec les différentes marques. Si la pratique n’est pas nouvelle et employée à tort et à travers (qui a dit Jurassic World ?) dans le cinéma américain, c’est plutôt innovant d’en faire la source de rémunération principale. Une idée que les youtubeurs ont adopté depuis bien longtemps déjà en devenant les panneaux publicitaires mouvants de toutes les marques possibles et imaginables. Du côté de Golden Moustache, on prend l’expérience comme un test de l’audience : restera-t-elle jusqu’à la fin du film ou considère-t-elle encore YouTube comme un lieu qui n’a de place que pour les vidéos courtes ?

Une expérience à suivre, d’autant que Google semble vouloir encourager ce type de contenu avec son offre payante YouTube Red.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés