Washington a annoncé la levée des restrictions pesant sur les appareils électroniques, dont les plus gros étaient privés de cabine pendant un voyage en avion. Ces mesures visaient les vols directs en provenance du Moyen-Orient et du Maghreb.

Les ordinateurs portables et les tablettes ne seront plus bannis des cabines dans les vols se rendant aux États-Unis. Les autorités américaines ont en effet annoncé cette semaine que les restrictions mises en place pour les liaisons en partance de certains pays du Maghreb et du Moyen-Orient ont été levées, les aéroports et les compagnies aériennes ayant mis en place de nouvelles mesures de sécurité.

« Avec l’arrivée des mesures de sécurité améliorées, toutes les restrictions frappant les appareils électroniques personnels de grande taille qui avaient été annoncées en mars pour dix aéroports et neuf compagnies aériennes ont été levées », a commenté David Lapan, le porte-parole du ministère de l’Intérieur américain. 280 aéroports et 180 compagnies aériennes suivent les nouvelles directives.

Les mesures exigées par Washington ne sont pas toutes connues publiquement mais elles incluent des patrouilles accrues de chiens capables de renifler des explosifs, des fouilles plus fréquentes sur les individus, dans les affaires ou dans le matériel informatique ou encore des dispositions pour détecter des traces d’explosifs et de produits chimiques dans et sur les bagages, indique l’AFP.

Ce printemps, les États-Unis avaient interdit la présence en cabine de tout appareil électronique plus gros qu’un smartphone dans les vols directs en provenance d’Arabie saoudite, d’Égypte, des Émirats arabes unis, de Jordanie, du Koweït, du Liban, du Maroc, de Tunisie, de Turquie et du Qatar. Pendant un temps, Washington a songé à appliquer globalement cette règle avant d’y renoncer.

Les terroristes sont vraiment obsédés par cette idée de faire exploser un avion en vol

Cette consigne avait été mise en place pour répondre à une inquiétude américaine sur la création de produits électroniques piégés par des groupes terroristes afin de faire sauter des avions. « Les terroristes sont vraiment obsédés par cette idée de faire exploser un avion en vol, surtout si c’est un avion américain », affirmait  le secrétaire à la sécurité intérieur.

Le Royaume-Uni a pris des dispositions similaires dans les jours qui ont suivi. Pour le moment, Londres n’a pas fait part de son intention de lever les restrictions des gadgets électroniques dans les cabines lorsque les vols proviennent de certains pays jugés à risque. Mais des sources diplomatiques anonymes citées dans la presse indiquent que la levée de l’interdiction pourrait survenir bientôt.

À lire sur Numerama : Les États-Unis veulent ajouter de l’IA dans les scanners corporels des aéroports

Partager sur les réseaux sociaux