Dans le cadre de la lutte contre la désinformation, Facebook empêche désormais ses membres de modifier l'aperçu des liens qu'ils partagent sur le réseau social. Des exceptions existent pour les médias ayant une page dédiée sur le site.

Facebook contre les actualités mensongères, épisode 487 134 : accusé d’avoir servi de véhicule à la désinformation pendant l’élection présidentielle américaine de 2016, le réseau social vient d’annoncer en début de semaine le déploiement d’une nouvelle mesure pour remettre un peu d’ordre dans les publications que partagent jour après jour ses quelques deux milliards de membres.

Le site explique : « à partir [du 18 juillet], les pages n’appartenant pas à des médias ne seront plus capables d’écrire par dessus les ‘métadonnées’ du lien (comme le titre, la description et l’image) […]. Cela aidera à se débarrasser d’un canal qui a été détourné pour publier de fausses nouvelles ». Ces mesures, rappelle la plateforme, avaient été annoncées en juin dans une précédente actualité.

Cela fait quelques mois que Facebook expérimente le verrouillage des aperçus quand des liens sont partagés sur le réseau social. En juin, le site avait envisagé d’interdire l’édition du titre, de la description et de l’image aux médias ayant une page Facebook (ce qui a du sens dans la lutte contre le phénomène du piège à clics — ou clickbaits) mais il apparaît que cette orientation n’a finalement pas été retenue.

Le site explique en effet « mettre à disposition une solution pour aider les éditeurs qui utilisent la réécriture des métadonnées des aperçus de liens pour personnaliser la façon dont leurs contenus apparaissent à leurs audiences sur Facebook ». Cette possibilité est maintenue pour les sociétés gérant des pages relatives à l’actualité, au sport et au divertissement. Une rubrique d’aide est à disposition.

Attention, toutefois, à ne pas faire n’importe quoi : « les pages qui abusent d’une façon ou d’une autre de la possibilité de modifier leurs propres liens (par exemple en dénaturant le contenu du lien, en spammant les internautes avec des messages qui ne répondent pas à nos normes communautaires) seront privées de l’accès à cet outil », avertit le site communautaire.

Facebook indique qu’il va observer sur les prochains mois la manière dont cet outil est utilisé par les éditeurs qui y ont encore accès afin de déterminer si des modifications sont nécessaires ou non. Mais d’ores et déjà, le réseau social considère que ces nouvelles règles autour des aperçus de liens vont permettre de limiter encore un peu plus la propagation des fausses news sur sa plateforme.

Partager sur les réseaux sociaux