Le parlement britannique a subi ce week-end une attaque informatique visant manifestement à récupérer des mots de passe. Les accès à la messagerie interne de Westminster ont été suspendus provisoirement par précaution.

Le week-end a été pénible pour les parlementaires britanniques. Comme le rapporte la BBC, le système informatique du Palais de Westminster a été victime d’une attaque d’ampleur, obligeant les services du parlement à suspendre l’accès à distance aux boîtes de réception par précaution. Il s’agissait d’identifier les mots de passe faibles pour ensuite les exploiter et accéder à des données sensibles.

Au final, l’opération n’a pas causé trop de dégâts.

En effet, la télévision britannique que « seuls » 90 comptes ont été compromis. Un officiel a expliqué que les personnes concernées ont été contactées afin de prendre des mesures de sécurisation adéquates et de déterminer si des informations particulières ont été dérobées, lues ou détruites. Une enquête est aussi en cours du côté des services spécialisés du Royaume-Uni.

Londres
CC Uncoated

L’issue de l’attaque informatique aurait pu être bien plus désastreuse. Toujours selon la BBC, le système qui a été pris pour cible est utilisé par 9 000 comptes — en clair, à peine 1 % de l’ensemble a été affecté, pour autant qu’on sache. Or, des inconnues demeurent dans l’équation, à commencer par les responsables de l’attaque : est-ce un ou une pirate ayant agi de son propre chef ? Un collectif ? Un État ?

En tout cas, l’opération survient également à un moment difficilement compréhensible. Il y a eu certes des élections générales outre-Manche, mais celles-ci ont eu lieu il y a quelques semaines, le 8 juin précisément. Était-ce donc dans le but d’accéder à la messagerie des nouveaux membres accédant à la Chambre des communes ? C’est une éventualité que l’on ne peut pas écarter pour l’instant.

Partager sur les réseaux sociaux