Plusieurs grandes entreprises américaines, parmi lesquelles figurent Microsoft, Google, Apple et Facebook, lancent un appel à Donald Trump pour qu'il maintienne les États-Unis dans l'accord de Paris sur le climat.

À défaut de prendre en considération les preuves de la communauté scientifique sur la réalité du changement climatique, Donald Trump sera-t-il sensible aux arguments économiques avancés par quelques-unes des grandes sociétés américaines ? C’est le pari que font vingt-cinq entreprises en signant une lettre ouverte lui demandant de maintenir les États-Unis dans l’accord de Paris sur le climat.

Ainsi, alors que la Chine a confirmé ses engagements par la voix de son premier ministre chinois Li Keqiang, en déplacement à Berlin, « la participation des États-Unis dans cet accord profite aux entreprises et à l’économie du pays de bien des façons », écrivent les signataires, dont plusieurs sont des géants du web et des nouvelles technologies (Adobe, Apple, Facebook, Google, Hewlett Packard, Intel et Microsoft).

CC Michael Vadon

En respectant sa feuille de route, l’Amérique va pouvoir « renforcer sa compétitivité », « réduire les risques économiques » liés au dérèglement climatique et « engendrer de nouveaux emplois, de nouveaux marchés et de la croissance », estiment les signataires, qui incluent aussi des entreprises d’autres secteurs, comme Gap, Levi’s, Mars, Salesforce, Schneider Electric, Tiffany et Unilever.

« Alors que les autres pays investissent dans des technologies de pointe et progressent dans le cadre de l’accord de Paris, nous croyons que les États-Unis pourraient mieux exercer leur leadership et faire avancer les intérêts américains en restant un partenaire à part entière de cet effort mondial et vital », concluent-ils. Mais cela fera-t-il mouche sur un président qui croit que le réchauffement climatique est un complot chinois ?

Partager sur les réseaux sociaux