Le lanceur d'alerte exilé à Moscou depuis 2013 a surpris de nombreux internautes hier soir en retweetant des commentaires en français sur le débat qui opposait Benoît Hamon et Manuel Valls. Snowden est favorable à Hamon, l'un des rares candidats prêts à lui accorder l'asile.

Pendant l’unique débat opposant Benoît Hamon à Manuel Valls avant le deuxième tour de la Belle alliance populaire, Edward Snowden était un spectateur comme un autre. Le lanceur d’alerte et ex-salarié de la NSA et de la CIA, exilé à Moscou depuis ses révélations sur la surveillance de masse américaine en 2013, a surpris de nombreux internautes en retweetant des tweets en français commentant l’événement politique, relevés par Assma Maad de BuzzFeed :

Face aux nombreuses réactions, Snowden a tenu à expliquer d’où lui venaient ses connaissances en français : « N’oubliez pas que j’ai vécu dans une ville francophone pendant des années. [Genève] »

« Meilleurs souvenirs » en Suisse

Snowden a en effet vécu à Genève de 2007 à 2009 lorsqu’il travaillait encore pour le gouvernement américain. En mars 2015, il affirmait au quotidien Le Temps : « J’aimerais beaucoup retourner dans un endroit comme la Suisse ! Certains de mes meilleurs souvenirs sont à Genève. […] Je crois que la Suisse serait une excellente option politique [pour l’asile]. Par sa neutralité historique et du fait de son rôle dans le passé. Cela permettait à la Suisse d’affirmer, de manière polie, que la neutralité est importante. »

À en juger par ses retweets, Edward Snowden penche plutôt pour Benoît Hamon que Manuel Valls, une préférence cohérente, le premier étant prêt à offrir l’asile à Snowden, tandis que le second a reconnu « ne pas [y être] très favorable ».

Du côté des autres candidats à la présidentielle 2017, Jean-Luc Mélenchon, de La France insoumise, et Yannick Jadot, d’Europe Écologie Les Verts (EELV), sont également favorables à l’accueil d’Edward Snowden en France.

À lire sur Numerama : Primaire de la gauche  : ce que proposent Benoit Hamon et Manuel Valls pour le numérique et la tech

Partager sur les réseaux sociaux