Julian Assange en avait fait une condition de sa reddition : si Barack Obama libère Chelsea Manning, alors il se rendra. le président commué la peine de l'ex-analyste, mais le créateur de WikiLeaks a renoncé à son engagement.

Julian Assange ne se rendra pas aux autorités américaines malgré l’engagement que l’intéressé avait pris en début d’année. C’est ce que son avocat a confié au site The Hill mercredi 18 janvier, alors que le fondateur de WikiLeaks avait justement décidé de lier son sort à celui de Chelsea Manning en début d’année.

Le 12 janvier 2017, dans un message inattendu publié sur Twitter, Julian Assange, par la voix de son organisation, indiquait que si Barack Obama accordait sa clémence à Chelsea Manning, il accepterait une extradition vers les États-Unis pour faire face aux accusations à propos de la publication de documents très sensibles.

Or le 17 janvier, le président sortant a justement commué la peine de l’ex-analyste de l’armée américaine, poursuivie en 2010 pour avoir transmis des fichiers classifiés à WikiLeaks, avec une libération prévue le 17 mai 2017. Il s’est alors posé la question de savoir si Julian Assange allait tenir sa promesse.

Ça ne sera pas le cas. À The Hill, l’avocat de Julian Assange a expliqué que la décision prise par Barack Obama « est bien loin de ce qu’il cherchait ». Ce qu’il aurait fallu faire, c’est libérer immédiatement Chelsea Manning, pas observer une période de transition de 120 jours entre la grâce et la libération.

CC Hubert Figuière

Interrogé à ce sujet par le New York Times, un membre de l’administration américaine a confié que ce délai n’était pas anormal et qu’il va notamment permettre aux personnes concernées de préparer le retour à la vie normale de Chelsea Manning, par exemple lui trouver un endroit où vivre après sa libération.

Ce n’est donc pas demain la veille qu’Assange quittera l’ambassade équatorienne à Londres, dans laquelle il est réfugié depuis juin 2012. La police a ordre de l’arrêter pour exécuter un mandat d’arrêt européen contre lui, qui l’expédiera tout droit en Suède pour une affaire d’agression sexuelle. Ensuite, il pourrait être envoyé aux USA.

Dans un message publié sur Twitter, Julian Assange réaffirme malgré tout qu’il reste disposé à se rendre aux États-Unis, à condition que tous ses droits soient garantis. Ce qui, au regard de la particularité du dossier, n’est pas de l’avis de l’intéressé, dans la mesure où il estime ne pas connaître exactement les accusations dont il fait l’objet.

À lire sur Numerama : De WikiLeaks à la libération  : Chelsea Manning en 20 dates-clés

Partager sur les réseaux sociaux