2 000 citoyens finlandais tirés au sort recevront de la part de l'État un peu moins de 600 € par mois, sans contre-partie. Le but de l'expérience étant de déterminer les conséquences économiques du revenu universel.

Ils seront 2 000 chômeurs à être tirés au sort pour recevoir pendant au moins deux ans 560 € par mois, qu’ils trouvent du travail ou non durant cette période. Alors que le concept politique de revenu de base continue de faire le tour du monde, et est toujours plus plébiscité pour la réponse qu’il apporterait aux mutations du travail dues à la technologie, la Finlande a décidé de tester en situation une variante d’un tel revenu..

finlandedrapeau.jpg

En France, la primaire de la gauche semble avoir remis le concept de revenu universel au cœur du débat politique, et pourtant, les pays pratiquant une telle mesure sont encore rares. Mais certains territoires tentent des expérimentions afin d’en tirer des enseignements qui vaudront autant pour l’évaluation de la mesure dans un pays, que dans l’ensemble des démocraties qui penchent vers une telle mesure. De fait, l‘exemple finlandais est intéressant pour les défenseurs de la mesure.

Un revenu de base pour combattre le chômage

Dans le pays scandinave, c’est le gouvernement de centre-droit qui a lancé en janvier 2017 la première expérimentation du revenu universel à une telle échelle. En choisissant 2 000 citoyens pour son test grandeur nature, le gouvernement finlandais s’érige en modèle.

Avec un taux de chômage avoisinant les 8,1 %, la Finlande tente là une nouvelle approche pour accompagner les personnes sans emploi. Le revenu pourrait ainsi permettre aux chômeurs d’aborder de nouveaux projets et des emplois auxquels ils n’auraient pas pu accéder s’ils n’avaient pas un complément de revenus. Ainsi, plutôt que de laisser les chômeurs se résigner et avoir peur de se lancer dans une nouvelle carrière, le revenu de base doit apporter la sécurité financière nécessaire à un nouveau départ. Or, le fait qu’il ne soit pas suspendu dès que le chômeur accède à un emploi devrait encourager de nouvelles dynamiques économiques dans le pays.

euro-argent
CC Skitter

Pour le gouvernement, tout l’enjeu est là : découvrir comment ce nouveau revenu va changer le comportement de ceux qui le reçoivent. Car en dehors des théories et des prédictions des économistes, la Finlande veut voir quelle impulsion économique une telle mesure peut avoir sur des individus.

Enfin, le projet finlandais, s’il donnera des résultats concrets sur l’efficacité du revenu de base lorsqu’il s’agit du retour à l’emploi, ne permettra pas de vérifier qu’une telle mesure sera bel et bien la solution de demain pour une société qui pourrait voir l’emploi disparaître dans une plus importante mesure. Les débats entre les défenseurs et les contempteurs de ce revenu sont donc loin d’être terminés, en Finlande comme en France.

Partager sur les réseaux sociaux