L'affaire de la fermeture de Zone Téléchargement débutée ce lundi tend à se terminer de manière dramatique pour les deux administrateurs du site, qui sont désormais placés en détention.

Lorsque le 28 novembre, les gendarmes de la section de recherches de Toulouse procèdent à l’arrestation de 7 personnes dans le cadre de l’enquête sur l’activité illégale du site Zone Téléchargement, l’étau autour des responsables du site commence seulement à se resserrer autour d’eux.

Lundi soir, 3 des ces personnes interpellées sont restées durant la nuit en garde-à-vue, et enfin, ce mercredi soir, les deux responsables du site finalement identifiés ont été incarcérés, le premier à Toulouse et le second en Andorre en attendant une extradition.

contrefaçon en bande organisée, blanchiment aggravé et travail dissimulé

Les deux individus âgés de 24 ans selon la gendarmerie devront comparaître à la suite de l’ouverture d’une information judiciaire au Tribunal de Grande Instance de Toulouse pour des infractions qui vont de la contrefaçon en bande organisée au blanchiment aggravé en passant par le travail dissimulé. Les éléments que nous avions éclaircis dans notre propre reportage ont été confirmés par la Gendarmerie qui face à ce qu’elle appelle « un buzz » a organisé une réponse aux médias sur l’enquête.

SIRPA-Gendarmerie, Bureau Medias
SIRPA-Gendarmerie, Bureau Medias

Dans leur communiqué de presse, les autorités détaillent par ailleurs les chiffres que nous évoquions récemment concernant la fréquentation du site. Selon la gendarmerie le site recevait effectivement 3,7 millions de connexions chaque mois et 11 000 visiteurs par jour. De plus, pour aider à la compréhension de l’enquête, les gendarmes ont réalisé des infographies pour expliquer la machinerie pirate derrière Zone Téléchargement.

SIRPA-Gendarmerie, Bureau Medias
SIRPA-Gendarmerie, Bureau Medias

Enfin, les avoirs-criminels que nous évoquions s’élèvent à plus de 450 000 € de biens et d’actifs saisis par les enquêteurs. La somme aurait été réunie en analysant les comptes bancaires reliés aux jeunes hommes, ainsi qu’en saisissant deux voitures de luxe.

Les très jeunes administrateurs devront désormais attendre en prison leur procès qui tranchera enfin sur leur sort et leur peine. Une chute tragique pour deux jeunes hommes et leurs proches à qui tout réussissait jusque-là dans leur entreprise de contrefaçon numérique.

À lire sur Numerama : Zone Téléchargement, PME pirate  : les dessous d’une enquête internationale

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés