À défaut de recevoir le pardon de Barack Obama, Edward Snowden peut au moins compter sur le soutien d'une trentaine d'écrivains. Ces derniers lui demandent d'accorder sa grâce au lanceur d'alerte.

Edward Snowden l’a appris en lisant l’actualité en début de semaine. Barack Obama n’a pas l’intention de lui accorder son pardon avant de quitter la Maison Blanche le 20 janvier 2017. Le président américain l’a répété lors de sa tournée d’adieu en Europe : il n’est pas question pour lui de gracier « quelqu’un qui ne s’est pas encore présenté à la Cour de justice ».

Dans ces conditions, Edward Snowden cherchera très certainement à prolonger la durée de son permis de séjour de trois ans de plus — son permis actuel s’arrête le 1er août 2017 — que lui a accordé la Russie en 2014.

Ed Snowden
CC pan optike

Le lanceur d’alerte américain qui a révélé en 2013 les programmes secrets de la NSA en matière de surveillance d’Internet pourra néanmoins trouver réconfortant la lettre ouverte signée par 31 écrivains appelant Barack Obama à accorder son pardon. Si elle n’aura vraisemblablement aucun effet sur sa décision, elle montre que l’ex-analyste de l’agence a de nombreux soutiens aux États-Unis.

« Avoir prêté serment pour soutenir et défendre la constitution américain, c’est ce qu’a fait Edward Snowden », relèvent les auteurs, « en publiant les données qu’il avait découvertes auprès d’institutions réputées de notre presse libre, conformément à la position de Jefferson selon laquelle chaque fois que les gens sont bien informés, on peut leur faire confiance sur leur propre gouvernement ».

À lire sur Numerama : Obama refuse toujours de pardonner Snowden

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés