Dans sa dernière mise à jour, Tinder a ouvert ses critères pour inclure toutes les identités de genre, afin, selon les mots de son CEO, « de sortir de la binarité du genre ».

Avant sa nouvelle mise à jour, l’application de rencontres Tinder ne proposait à ses utilisateurs que deux identités de genre possible : homme ou femme. Mais désormais, grâce à l’engagement du CEO Sean Rad avec l’association GLAAD, il est possible pour les personnes transsexuelles par exemple de se définir comme tel sur l’application.

Le réseau de rencontres le plus important au monde se différencie ainsi des applications de rencontres les plus connues en offrant la possibilité à chacun de définir le genre auquel il s’identifie le mieux. En effet, à l’exception de l’anglophone Ok Cupid, peu de sites de rencontres offre aux personnes transsexuelles une vraie place.

Le CEO de Tinder, Sean Rad ajoute que ces options ont été mises en place « pour les utilisateurs qui s’identifient en tant que transgenre, ou quelque part entre les genres, ou en dehors, de la binarité des genres. Cette limitation posait un défi évident pour nous.  »

Les représentants de GLAAD ont également été aidés par des juristes et des stars du show Transparent d’Amazon. Selon Andrea James, avocate transgenre, l’investissement de Tinder sur ce sujet pourrait ouvrir de nouveaux horizons pour la rencontre des personnes trans. Elle ajoute que jusque là, les personnes trans étaient stigmatisées par les catégories : « Certains utilisateurs de Tinder abusaient de la fonction pour signaler des membres en prétendant que les trans étaient des spammers. Et le système de Tinder ne pouvait pas détecter ce qui s’apparentait à une violation de ses conditions d’utilisation ni les utilisateurs de qui souhaitaient juste s’en prendre aux transsexuels en faisant de faux signalements.  »

moregendersblog_-_tinder_-_embed

Or avec une compartimentation binaire des genres (homme/femme), certains utilisateurs s’en prenaient effectivement à des femmes trans qui devait s’identifier en tant que femme. La possibilité de pouvoir définir qui nous sommes et notre genre devrait permettre aux personnes transgenre de se sentir à nouveau bienvenu-e-s sur le premier réseau social de rencontres au monde.

Néanmoins, curieusement, cette option ne sera pour le moment disponible qu’aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. Nous avons contacté les portes-parole de Tinder France pour un commentaire sur l’absence de la fonctionnalité dans l’hexagone. Leur réaction éventuelle sera ajoutée à l’article.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés