L'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy a mis à disposition des militants une application qui place sur une carte les internautes à aller rencontrer en porte-à-porte, qui ont aimé ou partagé des publications liées à l'ancien président de la République. Leur adresse postale est renseignée par recoupement d'informations obtenues sur les réseaux sociaux ou ailleurs.

Mise à jour du 17/11/2016 : la CNIL a annoncé avoir ouvert une enquête sur Knockin, l’application de fichage des internautes utilisée par l’équipe de campagne de Sarkozy pour aider ses militants sur le terrain. D’après Le Monde, l’organisme souhaite savoir si les internautes géolocalisés étaient consentants. Elle rappelle par ailleurs que « la collecte massive de données issues des réseaux sociaux n’est pas légale en l’absence d’information des personnes concernées. »

Dans une première version, n’importe quel internaute pouvait avoir accès aux données de l’application. Elle avait été mise à jour rapidement pour obliger une cooptation par un membre de l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy.

Article original : Il faut se pincer pour y croire. Et pourtant. Ce vendredi, RMC révèle que depuis la semaine dernière, les militants qui font la campagne de Nicolas Sarkozy pour la primaire des Républicains emploient une application mobile baptisée Knockin, qui croise les informations obtenues sur Internet pour dresser des profils très précis de sympathisants de droite à qui rendre visite.

Sans que les internautes aient donné leur accord, l’application détecte qu’un internaute a « liké » une page de Nicolas Sarkozy ou retweeté un de ses messages, et va ensuite rechercher ailleurs les informations qui permettent, par recoupements, de savoir où cet internaute habite. Les militants peuvent alors se balader et voir autour d’eux les prétendus sympathisants à aller convaincre d’aller voter pour l’ancien président de la République lors de la primaire.

Selon le descriptif officiel de l’application distribuée sur Google Play, Knockin est un « véritable outil de gestion de bases de données, d’analyse cartographique et d’organisation de campagne (…) particulièrement spécialisé dans le porte-à-porte ». Les élus locaux, bénévoles, groupes de militants, peuvent utiliser l’application pour organiser leurs sessions de porte-à porte, en sachant précisément chez qui sonner, sans perdre de temps à visiter des sympathisants de gauche qu’il serait vain d’essayer de convaincre.

N’importe quel internaute peut consulter la carte

« Outil social, politique et innovant, Knockin est indispensable à l’homme politique moderne : les prochaines campagnes seront digitales ou ne seront pas », assure son créateur Paul Hatte, membre de l’équipe Digital & Innovation de la campagne de Nicolas Sarkozy.

knockin

Interrogé par RMC, il affirme sans convaincre qu’il ne s’agit pas d’un « fichage », alors que le Larousse le définit comme l’ «  action de ficher quelque chose, quelqu’un, de mettre sur fiches ». Si créer des bases de données d’internautes avec leur orientation politique, leur nom et leur adresse n’est pas du fichage, alors on ne sait plus ce qu’est le fichage.

Axel Calandre, directeur de l’innovation pour la campagne de Nicolas Sarkozy, réfute également ce terme auprès de Numerama. Il assure que les « likes » ne sont pas exploités, et que les données affichées sont celles des membres du site Sarkozy.fr, sans s’expliquer néanmoins sur la possibilité donnée de compléter la carte d’un simple ajout via l’application.

La CNIL, pour sa part, a prévu de publier des « recommandations » d’ici la fin septembre, mais ne voit bizarrement aucune urgence à interdire l’application.

sarkozy-knockin

Selon nos constatations, il suffit de s’inscrire sur le site de Knockin avec un identifiant bidon pour avoir accès à la géolocalisation des prétendus sympathisants, avec leur adresse précise, et leur nom. Il est aussi possible d’ajouter un contact à la base de données en tapant sur sa localisation. Potentiellement, n’importe quel internaute peut donc regarder si son voisin est un sympathisant de droite, ou s’il a été déclaré comme tel.

En pratique, l’application affiche quatre type d’icônes pour signaler les contacts à aller rencontrer (en rouge), ceux qui ont déjà été interrogés (en gris), ceux qui viennent d’être ajoutés manuellement (en bleu), et les militants présents sur le terrain (en jaune). Les points rouge sont toutefois rarissimes pour l’instant, ce qui est rassurant quant à l’ampleur de la violation de la vie privée qu’elle organise, heureusement limitée dans les faits. Mais l’idée reste là, et ça n’est qu’un début.

Mise à jour : la carte n’est plus visible sans cooptation depuis 14h30 par un autre membre ou sympathisant des Républicains. Notre article a été mis à jour pour ajouter les explications d’Axel Calandre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés