L'application du gouvernement censée alerter les populations en cas de danger n'a pas fonctionné hier soir à Nice. Selon nos informations, elle s'est déclenchée un peu plus de 2h après l'attaque.

Hier à Nice, vers 23 heures, un camion a foncé dans la foule réunie pour les festivités du 14 juillet. Le bilan provisoire est déjà lourd : plus de 80 personnes ont perdu la vie dans cet événement tragique. Et l’application SAIP proposée par le gouvernement, censée être réactive pour prévenir les populations en cas d’attentat ou de danger, n’a pas été au rendez-vous.

Quand l’application a été présentée un petit peu avant le début de l’Euro 2016, le gouvernement promettait que les informations les plus rapides seraient diffusées aux personnes concernées dans un délai de 15 minutes après le début d’un danger. Hier, l’application est restée muette, ne jouant pas son rôle de vigie et de relai d’une information sûre pour les citoyens.

saip2

Nous constations à 23h50 que l’application n’avait pas été déclenchée par le gouvernement. C’est seulement à 1h34, soit un peu plus de 2h après l’attaque que l’application est passée au rouge, signalant un attentat dans la région de Nice et demandant aux résidents et visiteurs de se protéger. Avec une telle latence, autant dire que SAIP n’a servi à rien. Et elle aurait pu : les services de secours sur place hier ont annoncé que les réseaux GSM étaient surchargés et qu’il fallait plutôt passer par des alternatives numériques pour s’informer ou donner de ses nouvelles.

Difficile, désormais, d’attribuer à l’application une quelconque confiance.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés