Pour accompagner ses efforts militaires contre le terrorisme islamiste, la France édite le compte Twitter officiel @StopDjihadisme, qui publie plusieurs messages chaque jour. Un compte qui suit à la lettre les règles de l'art de la propagande de guerre.

A quoi reconnaît-on que nous sommes en période de guerre ? En 2011, l’historienne belge Anne Morelli a publié Principes élementaires de propagande de guerre, un ouvrage dans lequel elle synthétise les axiomes de communication utilisés dans chaque camp, dès qu’une guerre éclate. Sous-titre : « Utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède… ».

annemorelli

L’auteure qui se déclare d’extrême gauche, inspirée par les déclarations pacifistes du baron et parlementaire britannique Arthur Ponsonby, y dégage 10 commandements du propagandiste de guerre (Wikipédia en livre une explication plus détaillée), que l’on retrouve dans tous les conflits.

  1. Nous ne voulons pas la guerre
  2. Le camp adverse est le seul responsable de la guerre
  3. Le chef du camp adverse a le visage du diable (ou « l’affreux de service »)
  4. C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers
  5. L’ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c’est involontairement
  6. L’ennemi utilise des armes non autorisées
  7. Nous subissons très peu de pertes, les pertes de l’ennemi sont énormes
  8. Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause
  9. Notre cause a un caractère sacré
  10. Ceux (et celles) qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres

Or visiblement, nous sommes bien en guerre. Non seulement l’affirmation est désormais prononcée sans gêne par les responsables politiques qui la fuyaient, notamment pour justifier l’état d’urgence et surtout pour expliquer les raisons des opérations militaires menées en Syrie et en Iraq contre l’État islamique. Mais en plus, et comme pour toute guerre, la France mène clairement une propagande de guerre et une contre-propagande, jugés nécessaires pour fortifier son camp contre l’adversaire. Parmi les outils employés : @StopDjihadisme.

stopdjihadisme

Très institutionnel dans les premiers mois, le compte Twitter géré par les services de communication du gouvernement se contentait au départ de relayer des communications sobres visibles sur le site Stop-Djihadisme, lancé en janvier 2015 pour tenter de dissuader les jeunes de rejoindre les rangs de l’EI, avec le risque d’attentats à leur retour. Mais depuis plusieurs mois, piquée comme chacun par les attentats de novembre 2015, la communication du compte officiel s’est transformée.

La propagande de guerre de la France se veut désormais beaucoup plus franche, soutenue et plus agressive. Elle semble être réalisée en suivant à la lettre le vrai-faux manuel d’Anne Morelli. À tel point même qu’il frôle parfois la caricature, pourtant contre-productive. Le risque d’un excès de communication contre l’ennemi est en effet de nourrir la haine de cet adversaire, en cherchant trop à nourrir l’hostilité des siens.

Nous avons ainsi classé une sélection des messages publiés ces dernières semaines par @stopdjihadisme, en les inscrivant dans les 10 commandements de Morelli. Quasiment chaque message pourrait trouver sa place dans l’une des 10 catégories. Assez logiquement, les tweets qui dénoncent les atrocités commises par l’État islamique (qu’il convient d’appeler « Daesh » pour le réduire à une simple organisation terroriste) ou par Boko Haram sont les plus nombreux, avec les messages qui tentent de dissuader les Français de rejoindre les rangs de l’ennemi. L’utilisation d’enfants par les djihadistes, et les maltraitances faites aux femmes, sont les messages qui reviennent le plus souvent.

1. Nous ne voulons pas la guerre

Très peu de tweets dans cette catégorie, qu’il faut lire en creux. Ce sont les atrocités commises par l’ennemi (section 3), et rien d’autre.

2. Le camp adverse est le seul responsable de la guerre

3. Le chef du camp adverse a le visage du diable (ou « l’affreux de service »)

4. C’est une cause noble que nous défendons et non des intérêts particuliers

Cette section se recoupe avec la section 9.

5. L’ennemi provoque sciemment des atrocités, et si nous commettons des bavures c’est involontairement

6. L’ennemi utilise des armes non autorisées

7. Nous subissons très peu de pertes, les pertes de l’ennemi sont énormes

8. Les artistes et intellectuels soutiennent notre cause

9. Notre cause a un caractère sacré

La description du compte est éloquente
La description du compte est éloquente

10. Ceux (et celles) qui mettent en doute notre propagande sont des traîtres

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés