Décidémment, les DRM auront vraiment été une catastrophe du début à la fin. C’est certainement ce que diront les historiens en regardant quelques années en arrière cette époque étrange où les créateurs de contenus croyaient dur comme fer les propos de Microsoft. Le géant de Redmond leur vendait des DRM pour soit disant empêcher les habitants de la planète Terre de copier ce qui peut être vu ou d’enregistrer ce qui peut être écouté. Impossible, mais on y croit quand même. A mort. Parfois au sens propre.

Pour illustrer cette période, les historiens se réjouiront de l’exemple caricatural du bourbier dans lequel s’est enfoncé Microsoft.


A l’été 2004, voyant qu’elle n’arrivait pas à concurrencer le modèle iTunes de son rival Apple, la firme de Bill Gates lance une idée géniale : le programme « PlaysForSure« . Alors que seul Apple peut commercialiser des iPod compatibles avec le seul iTunes, Microsoft se dit qu’il va battre la pomme par l’ouverture, en donnant à chaque fabricant de baladeur qui le souhaite la possibilité de commercialiser des produits compatibles Windows Media tous dotés du même autocollant « PlaysForSure ». Le même logo serait également présenté par les plateformes de musique en ligne concurrentes d’iTunes qui distribuent de la musique protégée par le DRM de Microsoft. En un coup d’oeil, les consommateurs sauraient alors qu’en achetant de la musique « PlaysForsure » pour leur baladeur « PlaysForsure », tout « se lirait à coup sûr ».
Pas si sûr. C’est déjà là que les ennuis commencent. PlaysForSure n’est pas une norme unique. Il faut également que le consommateur vérifie que le baladeur est compatible avec le modèle économique de la plateforme. Concrètement, rien ne sert de louer de la musique sur MusicMe si le baladeur PlaysforSure ne présent pas un logo avec une petite coche à côté du mot « subscription ». Ca ne marcherait pas. Premier obstacle (qui explique sans doute pourquoi Apple ne s’est jamais lancé dans l’abonnement).

Cette stratégie de l’ouverture a été un échec total. Microsoft et ses partenaires n’ont jamais chatouillé de loin le succès incontesté d’iTunes, et la firme de Redmond a décidé de se retrousser les manches. En 2006, Microsoft part à l’assaut de l’iPod en lançant sur le marché le Zune, un baladeur MP3 et vidéo totalement pourri par ses DRM. Mais comme si les multiples restrictions ne suffisaient pas, Microsoft a ajouté la confusion à la confusion. Son baladeur Zune n’est pas compatible avec sa propre norme PlaysForSure ! Au logo et à la technologie PlaysforSure, Microsoft lui préfère un autre logo et un autre DRM, « Certified for Windows Vista« . Evidemment, les constructeurs et les plateformes partenaires du programme PlaysForSure sont en colère.

Mais ça n’était pas encore assez de confusion ! Microsoft a pris la semaine dernière une résolution abracadabrantesque. Désormais, toutes les plateformes et baladeurs PlaysForSure remplaceront leur signalétique PlaysForSure par un logo… « Certified for Windows Vista« . Les baladeurs « Certified for Windows Vista » autres que le Zune ne seront pourtant pas compatibles avec les contenus achetés sur le Zune Marketplace, même s’ils portent exactement le même logo. Et vice-versa… le Zune ne peut pas lire les contenus « Certified for Windows Vista » que les possesseurs du Zune téléchargent ailleurs, sur des plateformes… « Certified for Windows Vista ».

Et que devient PlayReady ? A en croire la page officielle de Microsoft, cette norme de DRM-là reste en place. Ca aurait été trop simple d’en profiter pour la fusionner.

Et ils se demandent encore pourquoi Apple est toujours le leader incontesté…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés