Même si c’est Nicolas Sarkozy en personne qui devrait prendre la décision finale, le Sénat a ouvert hier la voie aux facilités de paiement de la 4ème licence 3G qui intéresse Iliad, la maison mère de Free. Le Sénat a en effet adopté mardi 27 novembre un amendement UMP au projet de loi de Finances 2008, qui permet de revoir par décret les modalités financières de la vente de la licence. L’amendement qui a reçu l’accord du ministre du budget Eric Woerth avait été déposé par le sénateur Pierre Hérisson (UMP).

Le 10 octobre dernier, l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep) avait rejeté le dossier de candidature de Free en notant que l’opérateur ne répondait pas aux conditions financières imposées par la loi pour l’octroi de la quatrième licence 3G. Comme aux trois opérateurs Bouygues Télécom, SFR et Orange lors de leur entrée sur ce marché, il était en effet demandé à Free de régler une somme de 620 millions d’euros en une seule fois, ce que l’opérateur refuse. Iliad demande un « amènagement des modalités financières » qui lui permettrait d’échelonner le paiement, et avait demandé au gouvernement de « mettre en œuvre les conditions permettant l’émergence d’un quatrième opérateur mobile ». C’est chose faite.

Vivendi, qui a déjà menacé de faire appel aux tribunaux pour faire condamner l’éventuelle distorsion de concurrence induite par ces facilités de paiement, prépare la riposte également sur le terrain commercial. La maison mère de Vivendi a d’abord tenté de contrôler Free en négociant une fusion de l’opérateur avec Neuf Télécom, dont sa filiale SFR contrôle 40 % des parts. Face à l’échec des négociations, Vivendi a fait monter Neuf Cegetel en première ligne pour faire savoir qu’il pourrait lui-même se porter candidat à la 4ème licence 3G. Comme si Vivendi pouvait posséder deux opérateurs téléphoniques sur un même marché national.

Il faut dire que la multinationale française a beaucoup à perdre dans l’opération si Free accèdait à cette licence de téléphonie mobile avec des offres très concurrentielles. Le dernier bilan financier de Vivendi faisait état pour SFR d’un chiffre d’affaire de 6,65 milliards d’euros depuis le début de l’année… et d’un bénéfice de plus de 2 milliards d’euros. Soit une marge opérationnelle ahurissante de 30 %.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés