On ne résiste pas au plaisir de partager avec vous un e-mail envoyé à la rédaction après la parution de notre guide vidéo pour bien paramétrer eMule avec des listes de serveurs filtrées et le réseau Kad. Nous y disions qu’en se connectant à un faux serveur, l’utilisateur d’eMule qui recherche un fichier n’obtient aucun résultat et ne peut donc pas télécharger le fichier souhaité. Nous expliquions alors que cela était particulièrement handicapant pour Ratiatum, puisque nous mettons à votre disposition via eMule « des centaines de logiciels shareware et freeware ».

Voici le message que nous avons alors reçu (l’absence de bonjour et les fautes d’orthographe sont d’origine, nous avons masqué le nom de l’éditeur) :

« Je viens de lire dans votre article :
Vidéo P2P : Bien configurer eMule pour se connecter aux réseaux que vous diffusiez des logiciels shareware à travers Emule Merci de verifier si ces logiciels ne sont plas crakes et de plus qu’aucun deux ne fasse partie des logiciels que je vends
http://www.*****.fr
De plus j’ai l’impression que vous expliquer au public comment il faut faire pour pirater non ?

Merci par avance, j’attend votre réponse « 

Réponse que nous avons bien sûr immédiatement adressée :

« Bonjour Monsieur,

Votre courrier est à la fois insultant et révélateur de la paranoia ambiante concernant le P2P.
Ratiatum diffuse depuis 4 ans des logiciels shareware et freeware dans leur version officielle diffusée par l’éditeur à des fins promotionnelles. Vous pouvez les consulter sur www.ratiatum.com/tel.php ; et vérifier vous-mêmes qu’aucune version crackée d’aucun logiciel n’est diffusée.

L’utilisation du P2P n’est pas un moyen pour pirater, mais un moyen pour nous comme pour beaucoup d’entreprises de proposer un service de téléchargement sans subir les énormes coûts de bande passante qu’exigent traditionnellement les services de téléchargement basés sur les protocoles http/FTP.

Cordialement,
Guillaume Champeau
Ratiatum.com
 »

Deux jours plus tard, l’éditeur énervé n’est toujours pas revenu vers nous. Nous aurions pu ajouter que la chaîne de téléchargement, en se basant sur les services de P2P, nous a permis de réaliser suffisamment d’économies en bande passante pour dépenser cet argent plus utilement, et embaucher une personne à temps plein à durée indéterminée. D’autres embauches devraient, nous l’espérons, suivre en 2008.

Favoriser l’innovation et créer de l’emploi, n’est-ce pas l’un des objectifs annoncés du gouvernement Sarkozy ? En luttant contre les réseaux P2P, ça n’est pas le piratage que le gouvernement tuera, mais l’innovation et l’emploi.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés